eToro
Par eToro
1086 views

Revue de Marché Hebdomadaire 8-14/06/2015

L’heure a sonné pour le dollar australien

Cette semaine, les investisseurs vont à nouveau se soucier du dollar australien, la devise prépondérante du marché des changes de la région Asie-Pacifique. Ce dernier a fait l’objet de pressions à la vente depuis que la RBA a rabaissé son taux directeur, d’abord en mars et puis en mai, jusqu’à un taux aussi faible que 2 %. Quoi qu’il en soit, tout évènement économique à venir pouvant affecter l’évolution de cette monnaie, qu’il s’agisse d’une décision en matière de taux d’intérêt de la RBA, de statistiques relatives à la croissance ou à l’inflation ou juste un discours de Glenn Stevens, le gouverneur de la RBA va maintenir les investisseurs, toujours très indécis du reste, en haleine.

Dollar australien : le vent va-t-il tourner ?

Lorsque la RBA a réduit son taux directeur à 2 % au mois de mai, le marché a perçu cela comme un signe laissant entrevoir une phase baissière à l’horizon. Toutefois, quelques signes encourageants pour l’économie australienne sont apparus au cours des dernières semaines. La croissance du PIB a agréablement surpris les observateurs avec une lecture de 2,3 % en glissement annuel et les prévisions de la hausse des prix à la consommation ont été relevées à 3,6 %. En outre, lors de la réunion du mois de mai dernier, la RBA a décidé de laisser les taux d’intérêt inchangés et d’adopter plutôt une approche attentiste.

Malgré les faits énoncés précédemment, la situation n’est toujours pas vraiment claire pour la devise australienne. Il est vrai certes que les statistiques publiées au cours des dernières semaines ont indiqué une possible stabilisation de l’économie, tandis que la RBA a laissé la porte ouverte à des mesures d’assouplissement supplémentaires. Le dollar australien n’est donc pas tiré d’affaire, et de meilleurs résultats économiques vont être nécessaires pour qu’il puisse refaire surface. Cela nous amène aux évènements économiques attendus cette semaine et susceptibles soit d’aider le dollar australien à se stabiliser ou bien à le pousser sur une pente encore plus inclinée. Après tout, au vu du positionnement d’attente adopté par la RBA, la moindre déception en termes de statistiques pourrait lui être néfaste.

Trois indicateurs clés pouvant faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre sont attendus cette semaine. Le premier ne concerne pas l’économie australienne proprement dite, mais n’en est pas pour autant moins important. Comme nous le savons bien, la Chine est le principal moteur de la croissance australienne. C’est pour cela que la santé de l’économie chinoise est primordiale pour l’Australie en termes de reprise de sa croissance et de récupération de la devise. L’IPC de la Chine dont la publication est attendue mardi va révéler si le pays est en voie de stabilisation ou toujours en phase de ralentissement. Si cet indicateur (m/m) s’améliore après avoir reculé pendant deux mois consécutifs, cela sera considéré comme positif pour le dollar australien. Même un taux de 0 % serait perçu comme relativement favorable, mais toute hausse serait définitivement négative pour la devise australienne.

Le deuxième évènement clé sera le discours du gouverneur de la RBA, Glenn Stevens. Bien que le communiqué officiel a déjà révélé l’attitude accommodante de la banque centrale, il sera intéressant de connaître la réaction du gouverneur face aux dernières statistiques. S’il suggère que les taux risquent de rester au même niveau pour un certain temps, cela permettra au dollar australien de se stabiliser.

Ensuite, nous connaîtrons le troisième indicateur, à savoir le taux de chômage australien. Après la légère amélioration du mois dernier (de 6,2 à 6,1 %), les investisseurs haussiers vont espérer un taux de chômage inchangé à 6,2 % ou de préférence, un petit cran en dessous. Une augmentation, en revanche mettrait la devise en difficulté et pourrait rapidement la faire plonger.

Ventes au détail aux États-Unis : un indicateur toujours intéressant

La croissance économique américaine a ralenti depuis quelque temps et les données du mois d’avril ont dépeint une situation plutôt détériorée de la consommation des ménages. À présent, les investisseurs haussiers sur les indices de Wall Street et sur le dollar espèrent une progression des chiffres de ventes au détail du mois de mai. Par conséquent, un rebond, d’au moins 3 % de préférence, sera encourageant pour les deux marchés.

Les retombées de ce discours sur l’activité financière

En ce qui concerne le dollar australien les investisseurs souhaiteront voir des résultats économiques meilleurs que prévu et une attitude moins accommodante de la part de la RBA, seule possibilité pour que la devise puisse se stabiliser, voire rebondir. Autrement, il est fort probable que le dollar australien reparte à la baisse. Aux États-Unis, une augmentation des ventes au détail de plus de 0,1 % (et préférablement de plus de 0,3 %) aurait un effet positif sur le dollar et Wall Street.

Les ingrédients de la semaine

Exportations allemandes (lundi) – Cet indicateur nous éclairera sur la performance des exportations allemandes, moteur économique du pays.

IPC chinois (mardi)- Si l’IPC chinois se redressait à nouveau, cela aurait un effet positif sur les matières premières, le dollar australien et le dollar néo-zélandais.

Rapport sur l’inflation britannique (mardi)- Ce rapport devrait fortement affecter l’évolution de la livre sterling aussi bien que celle de l’indice FTSE100. Si les prévisions d’inflation sont révisées à la hausse, cela sera favorable à la livre sterling et pourrait être négatif pour l’indice FTSE100.

Discours du gouverneur de la RBA (mercredi)- Si le gouverneur laisse entrevoir que la RBA préconise un positionnement moins accommodant, alors le dollar australien pourrait établir un niveau de stabilisation.

Taux de chômage australien (jeudi)- Si le chômage redescend en dessous de 6,1 %, ce sera perçu comme un facteur positif pour le dollar australien. S’il se maintient à 6,2 %, cela risque d’être interprété comme un élément moyennement favorable, alors que toute progression serait définitivement négative pour la devise australienne.

Ventes au détail américaines (jeudi)- Une amélioration des ventes par rapport au mois précédent viendrait soutenir à la fois le dollar et Wall Street.

Indice du secteur tertiaire japonais (vendredi)- Une progression de l’indice serait encourageante pour le Japon et pourrait soutenir le yen vis-à-vis de ses contreparties.

Graphique de la semaine – Évolution du GBP/USD

GBPUSD weekly

Calendrier Économique

Calendrier économique fourni par Investing.com France, portail leader de

1086 views