eToro
Par eToro
918 Vues

Revue de Marché Hebdomadaire 02-08/11/2015

La Banque d’Angleterre va-t-elle déclencher une hausse spectaculaire de la livre sterling ?

La semaine prochaine, deux événements vont se disputer la vedette sur les marchés des deux côtés de l’Atlantique. Tout d’abord, jeudi, la Banque d’Angleterre va publier son Rapport trimestriel sur l’inflation. Il sera suivi de peu par la décision du CPM (Comité de Politique Monétaire) sur les taux d’intérêt. Ces deux événements conjugués pourraient changer la donne pour la livre sterling et le FTSE100.

Puis vendredi, de l’autre côté de l’Atlantique, sera publié le Rapport d’octobre sur les NFP (Non Farm Payrolls, le nombre d’emplois créés aux États-Unis dans le secteur non agricole) du ministère du Travail des États-Unis. Bien sûr, en fonction du résultat, cela pourrait avoir un impact sur le sentiment à l’égard du dollar, et éventuellement aussi sur Wall Street.

Si le Rapport sur l’inflation montre que la Banque d’Angleterre prévoit une hausse de l’inflation, cela pourrait favoriser une augmentation des taux d’intérêt. Cela, bien sûr, entraînerait un renforcement de la livre sterling par rapport aux devises plus faibles, à savoir l’euro et le yen japonais. La hausse éventuelle des taux d’intérêt, comme le suggère le Rapport sur l’inflation, aurait aussi un impact sur le FTSE100.

Maintenant, gardez à l’esprit que l’intervalle entre la publication du Rapport sur l’inflation et la décision de la BoE concernant les taux d’intérêt n’est que de quelques heures. Cela veut dire que prudence et volatilité sont à prévoir, peut-être à proportion égale, tandis que les investisseurs essaient d’évaluer le raisonnement du CPM.

Les marchés se préparent à une éventuelle surprise de la part de la BoE

Actuellement, les marchés semblent douter que la Banque d’Angleterre soit prête à négocier une hausse des taux d’intérêt. Un récent sondage suggère que le taux de référence de 0,5 % de la BoE restera probablement contenu à ce niveau jusqu’à 2016. Il demeure cependant que leur Rapport sur l’inflation est un facteur décisif dans la prise de décision du CPM. La BoE vise un taux d’inflation de 2 %, et l’inflation au Royaume Unis est loin d’atteindre ce chiffre. En septembre, l’inflation est tombée à -0,1 % à la fois sur une base annuelle et mensuelle.

Un récent sondage médiatique prévoit que l’inflation n’atteindra probablement pas l’objectif de la BoE avant 2017. La croissance au Royaume Unis affiche également une relative stagnation, avec un PIB tombé à 0,6 % au dernier trimestre. L’inflation et la croissance sont-elles les seuls facteurs susceptibles d’inciter la BoE à augmenter les taux d’intérêt ? Pas du tout ; le CPM (Comité de Politique Monétaire) prendra également en compte la décision de la Réserve fédérale des États-Unis. Les analystes ne pensent pas que la BoE sautera le pas avant la Fed, mais cela reste à voir.

Les NFP vont-il encore s’avérer décevants ?

Concernant la Réserve fédérale, son mandat est double ; il consiste d’une part à assurer la stabilité des prix et d’autre part à assurer le plein emploi. Si les résultats sur le premier front ne sont pas spectaculaires, du moins l’inflation de base s’est-elle améliorée. Mais jusqu’ici, la question de l’emploi demeure problématique. On a cru plus tôt cette année que la création de nouveaux emplois dans le secteur privé avait augmenté de manière régulière.

Mais plus récemment, il a fallu déchanter. Le nombre de nouveaux emplois à diminué et entraîné des déceptions. Les NFP de septembre ont montré que seuls 142 000 emplois ont été créés, beaucoup moins que le chiffre attendu. De plus, les chiffres optimistes précédents ont constamment été revus à la baisse.

Une autre déception concernant les NFP pourrait avoir un effet délétère sur les marchés et les investisseurs qui essaient de prédire le prochain mouvement possible de la Fed. Si le chiffre des NFP est meilleur que prévu, cela sera considéré comme un signal d’une embellie possible pour l’économie américaine. Cela tendrait à encourager les ventes de détail, ce qui aurait un impact positif sur les indices de Wall Street.

Revenons à nos affaires

Jeudi, l’attention des marchés va se focaliser sur la Banque d’Angleterre, d’abord avec le Rapport sur l’inflation puis avec la décision du CPM concernant les taux d’intérêt. Étant donné le pessimisme actuel, des perspectives optimistes concernant l’inflation pourraient provoquer la surprise. Les investisseurs peuvent s’attendre à ce que volatilité de la livre sterling et du FTSE100 subsistent jusqu’après la décision concernant les taux d’intérêt.

Aux États-Unis, des chiffres élevés en matière de création d’emplois auraient un impact sur le dollar US. Cela aura aussi un impact sur les indices de Wall Street, y compris sur le S&P500, le NASDAQ100 et le DJIA. Une augmentation du nombre des actifs tend à avoir un effet d’entraînement et à augmenter les ventes de détail. Cela a à son tour un effet positif sur les résultats de nombreuses sociétés publiques.

Au menu

Décision de la BoE -(jeudi) – Si la BoE suggère une baisse possible des taux, cela pourrait mettre le dollar australien sous pression.

Décision de la BoE concernant les taux & Rapport sur l’inflation (jeudi) – Si la BoE indique qu’une hausse des taux d’intérêts pourrait être décidée plus tôt que prévu, cela favoriserait la livre sterling par rapport à des devises plus faibles comme l’euro et le yen.

Nonfarm Payrolls (vendredi)- Le principal événement pour Wall Street et le dollar. Si le chiffre des NFP dépasse les 200 000, cela pourrait booster Wall Street et le dollar.

Tableau de la semaine :

apple weekly

Calendrier Économique

Calendrier économique fourni par Investing.com France, portail leader de

 

918 Vues