eToro
Par eToro
1781 Vues

Revue de marché hebdomadaire 26/01 – 01/02/2015

Le bilan de l’économie américaine 2014

Maintenant que les remous suscités par l’annonce de l’assouplissement quantitatif  de la BCE se sont calmés, les investisseurs vont reporter leur attention sur ce qu’on appelle la dernière ligne droite en quelque sorte des chiffres économiques américains, c’est-à-dire les résultats à la fois de la croissance 2014 et de la décision de la réserve fédérale en matière de taux d’intérêt. Ces deux indicateurs devraient nous donner une vision définitive de l’évolution de l’économie américaine au cours de l’année dernière et déterminer la tendance future du dollar américain et de Wall Street.

Le premier des deux évènements majeurs sera la décision de la Fed qui est toujours annoncée le mercredi. En conséquence, la première partie de la semaine donnera lieu à une montée progressive des expectatives jusqu’à l’heure de la publication des conclusions de la réunion du FOMC et des commentaires effectués par ses membres en ce qui concerne l’évolution du dollar américain. Il est intéressant de noter qu’il y a deux types de dynamiques divergentes qui inquiètent les investisseurs haussiers de dollar ; en effet on a d’un côté, une croissance économique qui se consolide et de l’autre une inflation qui recule du fait, dans une large mesure, de la chute des prix du pétrole. C’est ce décalage qui intrigue les investisseurs ; en effet, ces derniers ont hâte de savoir exactement comment la Fed va traiter cette situation, à savoir la dernière contraction de l’IPC en glissement mensuel de 0,4 % et le fléchissement du taux d’inflation de base à 1,6 %. Si la Fed (sous-entendu, si Janet Yellen, dans son discours) considère la dernière baisse de l’inflation comme « transitoire » et insignifiante au vu des résultats encourageants de la croissance américaine et donne quelques indices supplémentaires au regard d’un prochain relèvement des taux, alors les investisseurs se garderont d’accorder de l’importance à la baisse des prix et continueront d’accumuler des dollars. Mais si la présidente se montre préoccupée par les derniers résultats de l’inflation, les investisseurs en déduiront que le moment est peut-être venu d’adopter une approche attentiste, autrement dit de patienter jusqu’à la publication d’autres données économiques pour avoir une vision plus claire de la conjoncture américaine avant de se prononcer sur les probabilités d’un prochain relèvement des taux par la Fed.

Il est donc temps de parler du second évènement de la semaine. Les analystes qui penchent pour une hausse du dollar espèrent pour vendredi un joli chiffre tout rond de 5 % de croissance économique américaine 2014, un résultat solide sans aucun doute. Si, plutôt dans la semaine, la Fed apparaît plutôt vague et divisée vis-à-vis du caractère positif de la croissance d’une part et de l’existence d’un risque déflationniste d’autre part, cela pourrait amenuiser les espoirs des investisseurs quant à un prochain relèvement des taux.  Pour ces derniers, un taux de croissance de 5 % est suffisant pour entrainer la poursuite de la baisse du chômage, une hausse des salaires et éventuellement un retour du taux d’inflation à 2 % et par conséquent, comme vous l’aurez deviné pour accélérer la prise de mesures par la Fed. Si toutefois, celle-ci maintient une vision confiante et déterminée, les investisseurs attacheront moins d’importance aux résultats du PIB et pourront même se contenter d’un taux de 4,8 % sans pour autant liquider leurs positions acheteurs de dollars. Néanmoins, dans le cas où (3e option), la Fed s’inquiéterait des risques de la baisse de l’inflation et le PIB se révèlerait inférieur à 5 %, le sentiment positif du marché par rapport au dollar pourrait s’estomper et entrainer pour celui-ci une évolution plutôt confinée au sein d’une fourchette de prix. À Wall Street, en revanche, le report d’un rehaussement des taux couplé avec un rythme de croissance décent pourrait bien être favorable aux indices sur le court terme. De toute façon, sur le long terme, même Wall Street ne pourra prospérer que si l’économie américaine retrouve un équilibre avec une croissance soutenue, une inflation stable et des taux d’intérêt élevés.

Les retombées de ce discours sur l’activité financière

Comme prévu, les deux événements majeurs de la semaine, la décision mercredi du FOMC relative aux taux d’intérêt et la publication vendredi du PIB américain vont déterminer le sentiment général du marché. Globalement, nous envisageons trois options majeures. En premier lieu, une Fed résolue et un chiffre de croissance optimiste entre 4,8 et 5 %, deux éléments qui continueront de soutenir le dollar. En second lieu, une Fed hésitante et un chiffre de croissance solide de 5 %, qui ensemble permettront quand même au dollar de rester ferme. En troisième et dernier lieu, une Fed indécise et un résultat du taux de croissant décevant, cas de figure qui favoriserait un mouvement du dollar limité à la hausse autant qu’à la baisse et une légère remontée de Wall Street.

Les ingrédients de la semaine

PIB du Royaume-Uni (mardi) – Si les chiffres sont à la hauteur des prévisions, soit 2,6 % de croissance, cela permettra à la livre de progresser par rapport à l’euro, l’une des devises majeures les plus faibles. Par contre, il n’est pas sûr que cette dernière puisse se hisser contre le dollar, sachant que désormais l’économie américaine croît à un rythme deux fois plus rapide que son homologue britannique. Néanmoins, un résultat proche des 3 % pourrait changer la donne.

Biens durables américains (mardi) – Cet indicateur nous donnera rapidement une idée du résultat possible de la croissance américaine pour 2014, mais perdra de son importance lorsque le PIB définitif sera publié vendredi.

Confiance des consommateurs américains (mardi) – L’indice de confiance des ménages revêt toujours une certaine importance sachant que le consommateur américain est un pilier fondamental de l’économie américaine. Un résultat solide préparera le terrain à une évolution positive avant que les décisions du FOMC ne soient rendues.

Décision du FOMC relative aux taux d’intérêt (mercredi) – Un des deux évènements majeurs de la semaine. Si la présidente de la Fed se montre inquiète à l’égard du taux d’inflation, le marché du dollar risque de faiblir jusqu’à vendredi, jour prévu pour la publication du PIB. Dans le cas contraire, si cette dernière semble confiante et déterminée, le dollar continuera de se renforcer.

PIB japonais (jeudi) – Un taux d’inflation en augmentation sera favorable à une hausse du yen. Cependant, dans le cas inverse, une telle situation pourrait augmenter les pronostics à l’égard de l’application de mesures d’assouplissement supplémentaires.

PIB de la zone euro (vendredi) – Si le taux d’inflation (le PIB) de la zone euro devient négatif et recule en dessous de – 0,2 %, cela risque d’accabler l’euro encore davantage.

PIB américain (vendredi) – Il s’agit du résultat en matière de PIB le plus important de l’année, car il nous donne le résultat définitif de la croissance de l’économie américaine sur l’ensemble de l’année 2014. Un chiffre allant de 4,8 à 5 % sera considéré comme positif pour le dollar et Wall Street. En revanche, tout PIB inférieur à ce niveau risque de freiner les élans des investisseurs haussiers si bien entendu, les déclarations de la Fed annoncées deux jours auparavant ne vont pas dans le bon sens.

Graphique de la semaine – paire USD/JPY

USDJPY_WEEKLY

Calendrier Économique

French Calendar

1781 Vues