eToro
Par eToro
2307 Vues

Explication du fork Bitcoin

Mardi dernier, un groupe de militants Bitcoin mécontents, composés de mineurs et d’entrepreneurs numériques, a réussi à créer une nouvelle version de la crypto monnaie la plus célèbre au monde – c’est ainsi qu’est né Bitcoin Cash. Il n’a pas fallu beaucoup de temps aux commentateurs pour baptiser avec humour cet incident le « Bitexit » – et non sans raison, car cet événement pourrait devenir potentiellement tout aussi important que le Brexit.

Que doit bien pouvoir penser Satoshi Nakamoto, le mystérieux codeur (ou codeurs) qui a inventé Bitcoin, la première crypto monnaie décentralisée au monde en circulation depuis janvier 2009, de cette « bifurcation » – une manœuvre technique connue en anglais sous le nom de « hard fork »?  Après tout, cela semble être le coup d’envoi d’une véritable guerre civile pour Bitcoin.

L’introduction de Bitcoin sur le marché a engendré une prolifération de crypto monnaies – il en existe en effet désormais plus de 900 disponibles sur Internet, y compris Ethereum, XRP et Litecoin – mais l’originale continue de rester à la fois la plus connue et la plus importante au monde.

Les crypto monnaies représentent un marché florissant, comme l’a confirmé plus tôt cette année le premier rapport de référence en la matière, publié par une équipe du Cambridge Centre for Alternative Finance (CCAF) de l’Université de Cambridge. L’étude, qui a rassemblé des données provenant de près de 150 entreprises et individus utilisant des crypto monnaies et qui couvre 38 pays, a montré qu’en avril, leur valeur marchande combinée était de 27 milliards de dollars. Et en juin, suite à un pic du cours du Bitcoin, les crypto monnaies ont vu leur capitalisation boursière, toutes valeurs confondues, atteindre pour la première fois 100 milliards de dollar.

Cette étude a également révélé que près de six millions de personnes  activement des crypto monnaies (principalement Bitcoin), soit trois fois plus que les estimations précédentes. Étant donné que Bitcoin n’a pas encore une dizaine d’années, le dynamisme collectif des crypto monnaies « représente un niveau de création de valeur équivalent aux grandes success stories de Silicon Valley comme AirBnB », a suggéré l’étude Global Cryptocurrency Benchmarking Study du CCAF, et ce à juste raison.

Mais pourquoi la « bifurcation » de mardi dernier s’est-elle produite ? Les critiques de Bitcoin se plaignent depuis quelques années qu’en résistant aux changements et en refusant de mettre à jour son code sous-jacent, la crypto monnaie n’a pas réussi à faire efficacement face à sa récente vague de popularité qui a conduit à une hausse subite de son cours, passant d’environ 993 $ par unité début 2017 à sa valeur actuelle de 2 700 $.

La rapidité – ou plutôt en l’occurrence ici le manque de rapidité – est un élément crucial. Pour faire simple, les transactions Bitcoin sont finalisées lorsqu’un « bloc » est ajouté à la base de données blockchain sur laquelle est basée la crypto monnaie. Dans l’état actuel des choses, les blocs sont limités à 1 Mo toutes les 10 minutes, soit l’équivalent de sept transactions par seconde. En comparaison, Visa peut gérer 2 000 transactions par seconde. En bref, lors de périodes de grande activité, les transactions Bitcoin peuvent prendre des heures à aboutir, ce qui ne permet pas à la monnaie de pouvoir beaucoup croître. Bitcoin Cash a pour objectif de réduire ce problème.

Il est encore trop tôt pour dire si la nouvelle crypto monnaie va survivre à long terme, mais ce qui est sûr, c’est que sa création a partagé l’opinion. « Le fork est un comportement bénéfique [sic]. Comme pour les mutations dans l’ADN, il permet une évolution plus rapide », a écrit Fred Ehrsam, co-fondateur de Coinbase, sur Twitter.

« Bitcoin Cash n’a pas résolu le problème de la croissance », a rétorqué Ryan Taylor, PDG de Dash Core, une entreprise qui s’occupe du développement de Dash, une crypto monnaie concurrente. « Il a tout simplement fait repousser le problème plus loin dans le temps en créant des blocs légèrement plus gros, mais il manque encore une technologie crédible pour s’adapter à un nombre toujours plus grand d’utilisateurs. »

Sur un terrain plus neutre, Derin Cag, fondateur et PDG de Richtopia, a déclaré : « Le fork apporte des avantages comme des inconvénients. Le premier avantage concerne la couverture médiatique, qui permet à Bitcoin de devenir plus mainstream. Le second avantage concerne le développement de la technologie en termes de blocs, permettant à Bitcoin et/ou à Bitcoin Cash de croître.

Les inconvénients concernent quant à eux les dissensions extrêmes qui existent au sein de la communauté crypto et la scission de la technologie en deux. C’est un débat interne, qui dure depuis deux ans et qui est passé en août 2017, avec le fork, du stade de la diplomatie à celui d’une guerre ouverte et déclarée. »

Cag a ajouté : « Beaucoup de personnes, y compris BitMain, une société chinoise de logiciel de minage évaluée à près de 1 milliard de dollars, ainsi que des influenceurs de Bitcoin tels que Roger Ver, ont appuyé Bitcoin Cash. Personnellement, je resterais neutre et je garderais une quantité égale de Bitcoin et de Bitcoin Cash en attendant de voir à quoi toute cela va bien pouvoir mener. Au-delà de Bitcoin, l’écosystème blockchain est encore en bonne santé avec la croissance d’Ethereum et de nombreuses autres startups. »

Après seulement une journée d’existence, la valeur de Bitcoin Cash est passée de 214 $ par unité avant la scission à plus de 600 $ après le fork et The Economist a révélé que des tokens d’une valeur de plus de 10 milliards de dollars étaient en circulation, ce qui reste encore bien en-deçà des 47 milliards de Bitcoin. Peut-être que le Bitexit ne s’avérera après tout pas aussi dommageable que le Brexit.

Les crypto-monnaies sont susceptibles de subir d’importantes fluctuations de prix et ne sont donc pas appropriées pour tous les investisseurs. Le trading de crypto-monnaies n’est supervisé par aucun cadre réglementaire européen. Votre capital est assujetti à un risque.

2307 Vues