eToro
Par eToro
37 Vues

Cet investisseur et globetrotter nous explique pourquoi il a choisi d’investir dans certains des CopyPortfolios d’eToro

Klass (@oroumann) est un investisseur expérimenté qui a travaillé dans divers domaines et a exercé des activités dans plusieurs pays. Après avoir passé un peu de temps sur eToro, il a commencé à acheter des CopyPortfolios et à investir à travers eux, en tant qu’option d’investissement complémentaire à long terme de son portefeuille de trading habituel. Découvrez ci-dessous l’entretien que nous avons eu avec lui :

 

Ceci n’est pas un conseil d’investissement. Les performances passées ne sont pas une indication des résultats futurs. Votre capital est assujetti à un risque. Vous ne perdrez jamais plus que le montant investi sur chaque position.

  1. Parlez-nous un peu de vous…

    Mon parcours est tout sauf linéaire. Après avoir terminé mes études en Allemagne, je me suis installé au Mexique, où j’ai effectué une formation auprès du courtier en douane TRANSUNISA SA. À l’âge de 21 ans, je suis devenu le directeur d’une de leurs filiales et j’ai décidé seulement plus tard de faire des études d’économie. À 30 ans, je suis devenu directeur de la filiale danoise d’un distributeur allemand de périphériques graphiques, puis j’ai ensuite mis en place leurs activités en Suède et au Royaume-Uni. Les membres de ma famille ont plusieurs nationalités – c’est la raison pour laquelle nous pensons être « d’un peu partout » et c’est aussi ainsi que j’investis.

    1. Comment avez-vous fini par diriger FotoInsight ?

    J’étudiais à l’époque en 2003 pour un MBA et j’avais deux enfants dans des écoles indépendantes à Cambridge, et je me dirigeais vers une crise financière. Un grand laboratoire photo que je connaissais bien était alors en train de passer au numérique. Nous avons créé « FotoInside » pour vendre leurs albums photos, leurs tirages et leurs calendriers. Mais la plupart des connexions Internet n’étaient pas encore suffisamment rapides à l’époque, et les affaires stagnaient. Pire encore : Intel nous menaçait de poursuites pour avoir utilisé le mot « Inside », ce qui faisait fuir les partenaires. Je me suis retrouvé responsable de toute l’entreprise, que j’ai rebaptisé « FotoInsight ». En réalité, la menace d’Intel nous a assuré une couverture médiatique plutôt bénéfique – on peut même dire qu’Intel a permis à FotoInsight de se développer en Europe.

    1. En plus d’être un entrepreneur, vous avez également investi sur les marchés financiers. Comment en êtes-vous arrivé là ?

    Quand j’avais une vingtaine d’années, j’ai investi dans le marché boursier, investissant essentiellement dans l’argent des autres pendant plusieurs semaines d’affilée. Le Mexique connaissait à l’époque une inflation annuelle de 150 %, ce qui signifie que vous pouviez en tirer des profits pharamineux, bien que la prévention des risques et la diversification aient toujours été pour moi primordiales.

    Aujourd’hui, mis à part le trading d’actions, le plus souvent de petites entreprises dont la capitalisation boursière est inférieure à celle requise pour eToro, je gère également le patrimoine et les actions de ma famille, bien que les systèmes de trading en ligne des banques ne soient pas aussi attrayants que ceux d’eToro. Je blogue aussi occasionnellement au sujet de mes trades.

    1. Pourquoi avez-vous décidé d’investir sur eToro ?

    Après une période de croissance de dix ans et des tweets frénétiques en provenance de la Maison-Blanche qui peuvent parfois choquer les investisseurs, les marchés boursiers sont devenus quelque peu nerveux. Pour contrer cela, j’aime bien trader des contrats de différence (CFD) en position vendeuse. Plusieurs plateformes proposent le trading de CFD et la possibilité de vendre (ou de vendre à découvert) un titre. Je suis venu sur eToro parce que le trading y est sur cette plateforme rapide et facile et que la gamme internationale d’actifs et de marchés y est plus grande que sur la plupart des autres plateformes. eToro couvre également les principales crypto-monnaies, ainsi que des stratégies d’investissement gérées, les CopyPortfolios. Je suis resté chez eToro car le fait de trader sur une plateforme sociale est bien plus motivant et qu’on y apprend beaucoup.

    1. Vous venez de mentionner les CopyPortfolios. Dans lesquels investissez-vous ?

    J’ai tendance à détenir un large éventail d’actions européennes, souvent celles d’entreprises que je connais de l’intérieur. Je complète actuellement mon portefeuille avec deux CopyPortfolios axés sur les États-Unis conçus par eToro : le portefeuille «BigTech» et le très intéressant «OutSmartNSDQ». Les deux nécessitent un investissement supérieur à 5 000 $ chacun.

    1. Pendant combien de temps comptez-vous investir dans ces portefeuilles ?

    J’ai l’intention d’investir dans « OutsmartNSDQ » et « BigTech Companies » sur le long terme. Même si ces CopyPortfolios ont jusqu’ici surperformé par rapport au marché, ils ont tout de même tendance à monter ou à baisser en accord avec le marché boursier. Je fermerai ces positions d’investissement si je pressens une forte baisse à Wall Street. Je peux également envisager de redistribuer mon investissement si j’arrive à la conclusion qu’eToro a conçu une nouvelle stratégie d’investissement plus attrayante.

    1. En ce qui concerne de nouveaux CopyPortfolios, y en a-t-il certains que vous souhaiteriez voir sur la plateforme ?

    Alors que la plupart des produits pharmaceutiques sont confrontés à des problèmes de coûts croissants et à une réduction du nombre de nouveaux médicaments mis sur le marché, il existe des secteurs tels que les CRISPR et la marijuana thérapeutique dans lesquels j’aimerais pouvoir plus investir, éventuellement par le biais d’un CopyPortfolio.

    Je pense que nous avons traversé une correction de l’évaluation de l’énergie renouvelable et de l’intelligence artificielle (IA) et je suis favorable à la création de fonds internationaux en la matière. Les titres liés à la mode comme Luxottica, Kering, Inditex, Hermès et Adidas se sont développées et pourraient représenter une offre de portefeuille d’investissement international intéressante dans le secteur des biens de consommation.

    Les traders femmes sont aujourd’hui minoritaires. Le fait que plusieurs investisseurs femmes aient un score de risque plus bas que la moyenne suggère qu’elles investissent différemment. J’aimerais donc ajouter un CopyPortfolio « eToro female popular investors » à ma liste de souhaits.

    La valorisation du marché boursier américain étant sans égale, la plupart des fonds sont principalement des actions de Wall Street. Mais j’aimerais aussi beaucoup voir un fonds « EuroStocks » de titres européens et, probablement, mais ce qui semble plus difficile, un portefeuille allemand de type « Maschinenbauer ».

    À l’autre extrémité de ma liste de souhaits, je verrais bien un fonds qui couvriraient les sociétés dévaluées pour lesquelles il reste encore en bon potentiel, par exemple le groupe d’ingénierie espagnol Abengoa, la banque italienne « Banca Monte dei Paschi di Siena » ou encore le groupe international de meubles Steinhoff International Holdings NV.

    1. Selon vous, qu’est-ce qui différencie les CopyPortfolios d’autres types d’investissement ?

    Je garde toujours un œil sur les stratégies des investisseurs et les CopyPortfolios les plus populaires d’eToro et je mets régulièrement à jour mon billet de blog concernant leurs performances. Une fois que j’ai analysé des options intéressantes, le fait de conserver une partie de mon investissement dans un portefeuille géré et performant me permet de gagner du temps et de pouvoir me concentrer sur mes autres positions de trading.

    Comme ces portefeuilles sont différents des miens, ils comprennent des actions qui m’aident à me diversifier. Certains portefeuilles de marché permettent aux investisseurs de se diversifier dans des secteurs spécifiques, pour lesquels ils pourraient ne pas se sentir à l’aise : CRISPR, CryptoPortfolio ou encore PanicMode (le moment venu) me viennent par exemple à l’esprit.

    1. Quels sont vos hobbys ?

    Je m’intéresse à la politique et je blogue et tweete régulièrement à ce sujet. Je milite également pour le transport durable, le cyclisme et le cyclotourisme. J’avais l’habitude de parcourir quelques milliers de kilomètres par an à vélo, mais depuis que j’ai un jardin plus grand, j’ai moins de temps pour faire du vélo. Comme je manque de temps, j’essaie de faire du sport dès que mon emploi du temps me le permet et parfois je prend même mon vélo après des foires commerciales ou des réunions pour rentrer chez moi sur des centaines de kilomètres.

    1. Pouvez-vous partager avec nous des liens vers certaines de vos activités en ligne ?

    Mon blog d’investissement : http://exactresults.com/wp/profit/

    Mon blog politique : http://counter-offensive.blogspot.com/

    FotoInsight Royaume-Uni : http://fotoinsight.co.uk/

    LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/klaasbrumann/

    Profil Twitter : https://twitter.com/iitm

37 Vues