Pour beaucoup, les cryptomonnaies se résument au bitcoin. Avec un taux de dominance supérieur à 60%, celui-ci reste le leader incontesté du marché. À la deuxième place du podium, l’ether a déjà séduit beaucoup d’investisseurs. La plateforme Ethereum permet de créer des smart contracts ou des applications décentralisées. Les possibilités sont infinies et c’est le point de départ d’une foule de projets blockchain.

Bien que reposant sur une technologie similaire, le bitcoin et l’ether visent des objectifs distincts. À quoi sert Ethereum ? Qu’est-ce qui différencie le bitcoin (BTC) de l’ether (ETH) ? Faut-il plutôt investir en bitcoins ou acheter de l’Ethereum en 2020 ? Voici les clés pour mieux comprendre ces deux cryptomonnaies incontournables et leurs blockchains respectives.

Table des matières

La naissance du bitcoin et des cryptomonnaies

Colored coins et la blockchain Bitcoin

Naissance d’Ethereum et du jeton ether

Le DAO Hack et les forks du bitcoin

Bitcoin vs Ethereum, quelles différences ?

Comment évoluent les cryptomonnaies ?

Conclusion: Bitcoin vs Ethereum, qui gagne ?

La naissance du bitcoin et des cryptomonnaies

En 2009, Satoshi Nakamoto créait le bitcoin en marge du système financier classique, dans le but d’offrir une alternative viable et sans intermédiaire à un système qui était remis en question par certains après la crise des Subprimes.  Cette cryptomonnaie basée sur la technologie blockchain allait ébranler la sphère monétaire.

La suite est connue. Dix ans plus tard, la devise digitale s’est imposée comme un actif sur les places financières mondiales. La plupart des plateformes de trading, dont eToro, la proposent à leurs utilisateurs – eToro est d’ailleurs l’une des premières plateformes régulées à avoir introduit le bitcoin. Si un bitcoin ne valait à l’époque que quelques centimes, il se négocie aujourd’hui sur les marchés pour plusieurs milliers de dollars. Au début de l’été 2020, le cours du bitcoin flirtait avec les 10 000 dollars.

Le bitcoin a fait cavalier seul pendant plusieurs années. Par la suite, de nombreuses cryptomonnaies se sont développées. Parmi les plus connues, on peut citer l’ether, le ripple, le bitcoin cash ou encore le litecoin. Toutes ces crypto-monnaies utilisent la technologie blockchain. 

En 2020, des milliers de jetons du genre existent. Les cryptomonnaies sont devenues une véritable classe d’actifs financiers pour les investisseurs. Sur eToro, 16 cryptomonnaies se négocient :

  • Bitcoin, BTC
  • Ether, ETH
  • Bitcoin Cash, BCH
  • Litecoin, LTC
  • Ripple, XRP
  • Dash, DASH
  • Ethereum Classic, ETC
  • Cardano, ADA
  • IOTA, MIOTA
  • Stellar, XLS
  • NEO, NEO
  • EOS, EOS
  • Tron, TRX
  • Zcash, ZCASH
  • Binance Coin, BNB
  • Tezos, XTZ

Bitcoin VS Ethereum: histoire et differences

eToro permet également de prendre des positions courtes ou avec un effet de levier de 2 maximum via le biais de Contract For Difference (CFD) afin d’offrir une meilleur exposition à ce marché.

Chaque devise digitale a sa particularité. Le bitcoin est avant tout considéré comme une monnaie d’échange ou un instrument spéculatif. À l’inverse, Ethereum propose un véritable environnement pour la création de contrats intelligents (les smart contracts) ou d’applications décentralisées (les dApps). Les jetons ethers représentent la devise utilisée sur la plateforme pour bénéficier de ses fonctionnalités.

Colored coins et la blockchain Bitcoin

Aujourd’hui, le bitcoin est principalement connu pour son rôle en tant que monnaie d’échange ou instrument financier. Néanmoins, de nombreuses idées sont nées sur cette blockchain. C’est le cas du concept des colored coins (jetons colorés) proposé en 2012. Le principe des colored coins revient à marquer des fractions de bitcoins (les satoshis) afin de pouvoir les tracer et représenter ainsi n’importe quel actif. Pour autant que les intervenants se mettent d’accord, un colored coin peut représenter la propriété d’un terrain, d’une maison, d’une voiture, d’une action ou n’importe quel bien.

Ce concept de colored coins constitue le point de départ de nombreuses applications liées à la blockchain en matière d’archivage et de registre. Bien que les transactions sur la blockchain bitcoin soient anonymes, il faut en effet comprendre qu’on peut retracer l’historique des mouvements depuis la création de la blockchain

L’idée de digitalisation et de tokénisation répandue aujourd’hui trouve donc une partie de ses origines dans le projet des colored coins. Vitalik Buterin, qui a par la suite créé Ethereum, était activement impliqué dans la conception tout comme Yoni Assia, créateur et CEO de la plateforme eToro.

De nos jours, peu d’individus utilisent les colored coins. La digitalisation d’actifs s’avère plus simple en utilisant d’autres protocoles. Néanmoins, cette étape a marqué un tournant essentiel dans l’évolution des cryptomonnaies et de la technologie blockchain.

Naissance d’Ethereum et du jeton ether

Lancée en 2015, la plateforme Ethereum concrétise la vision de Vitalik Buterin. En 2013 déjà, Buterin avait évoqué cette idée dans un blog suite notamment à ses recherches sur les colored coins. Alors que Bitcoin se concentre sur les transactions financières, la plateforme Ethereum propose avant tout un environnement décentralisé permettant la création de smart contracts et de dApps. De nombreuses devises digitales furent créées en utilisant cette blockchain. 

L’environnement étant décentralisé, il est en principe impossible de censurer ou d’éliminer une dApp créée sur la blockchain Ethereum. La distribution du code informatique entre l’ensemble des nœuds du réseau assure sa protection et son intégrité.

[Insert Visual 4 : Image showing logos from famous ERC-20 tokens and logos from popular dApps on Ethereum including MakerDAO, Compound, Chainlink, Tether, Basic Attention Token and Cryptokitties]

Ethereum propose différentes fonctions à ses utilisateurs :

  • envoyer et recevoir des ethers à moindre coût ;
  • créer des smart contracts grâce au langage informatique propre à la plateforme Solidify ;
  • créer toutes sortes de jetons digitaux. La plateforme Ethereum a permis la mise en œuvre de nombreux Initial Coin Offerings (ICOs); et
  • créer des applications décentralisées. Le principe reste identique à celui des applis classiques mais les dApps utilisent les réseaux distribués.

Le DAO Hack et les forks du bitcoin

Sur papier, les blockchains Bitcoin et Ethereum affichent un caractère inviolable. Dans la pratique , certains obstacles sont apparus impliquant un changement fondamental de la blockchain sous la forme d’un fork (fourchette en français en référence à un embranchement). Le fork représente une modification du logiciel et des règles qui régissent la blockchain.

On distingue généralement les hard forks des soft forks. En cas de hard fork, la modification apportée est incompatible avec les versions précédentes du logiciel. En cas de soft fork, les versions antérieures du logiciel restent compatibles avec la mise à jour. Les hard forks sont souvent conflictuelles, résultant d’un désaccord au sein de la communauté. Néanmoins, ce n’est pas toujours le cas. Ethereum a déjà connu plusieurs hard forks consensuels pour modifier sa blockchain.

Parmi les exemples les plus connus de modifications, Ethereum a subi le fameux piratage DAO. Le Bitcoin a également fait l’objet de plusieurs forks au cours de son histoire. Ces blockchains ont donc déjà été éprouvées à plusieurs reprises. Cela leur donne donc un avantage compétitif par rapport à certains nouveaux entrants.

Le DAO Hack chez Ethereum

L’un des idéaux soutenus par la technologie blockchain consiste dans la possibilité de créer des organisations totalement décentralisées qui s’autogouverneraient. En 2016, un projet ambitieux a vu le jour sur la blockchain Ethereum : le DAO (Decentralized Autonomous Organization, ou Organisation Autonome Décentralisée). L’objectif était de créer un fonds de capital-risque reposant uniquement sur des smart contracts. Les partisans de cette organisation décentralisée voulaient supprimer totalement les gestionnaires de fonds ou les administrateurs. Le succès fut fulgurant. En moins d’un mois, le projet DAO récolta l’équivalent de 150 millions de dollars en ethers. Néanmoins, près d’un tiers des jetons furent subtilisés peu après et disparurent de la circulation. Le ou les pirates avaient exploité un ensemble de vulnérabilité sur le code du DAO.

Ethereum risquait sa réputation suite à ce piratage de grande ampleur. Les utilisateurs de la blockchain ont dû faire face à un véritable dilemme : accepter le piratage ou altérer la blockchain de manière à invalider le piratage. Cette décision a fait l’objet de vives controverses car la modification de la blockchain va à l’encontre de tous les principes d’inviolabilité sous-jacents. Les partisans du hard fork (soit la modification de la blockchain) l’ont finalement emporté. Une minorité d’inflexibles a cependant continué à utiliser la blockchain originelle et ont renommé leur jeton Ethereum Classic (ETC).

Les risques de piratage constituent une menace permanente pour les blockchains. Celles-ci restent cependant plus sécurisées que beaucoup d’environnements centralisés.

Hard forks du Bitcoin

La blockchain Bitcoin a également connu plusieurs erreurs de jeunesse qui se sont résolues par différents forks. Le hard fork le plus connu a débouché sur la création de la cryptomonnaie Bitcoin Cash (BCH). Un autre hard fork du bitcoin a entraîné la création de la cryptomonnaie Bitcoin Gold (BTG). La plupart des cryptomonnaies présentes depuis plusieurs années sur le marché ont connu à un moment ou un autre de leur existence un ou plusieurs forks.

Bitcoin vs Ethereum, quelles différences ?

Les blockchains Bitcoin et Ethereum répondent donc à des objectifs différents. De la même façon, les bitcoins et les ethers sont deux cryptomonnaies bien distinctes. Les comparer revient à comparer les actions Apple et celles d’Amazon. Les deux entreprises sont actives dans un secteur porteur, celui des technologies, mais elles opèrent sur des segments différents.

Plutôt que concurrentes, les deux cryptomonnaies doivent plutôt être considérées comme complémentaires. Si un investisseur recherche des alternatives au bitcoin, des cryptomonnaies comme Litecoin, Bitcoin Cash ou encore Dash disponibles sur eToro sont nettement plus similaires. NEO, Tron, EOS,  ou Cardano sont pour leur part les principaux concurrents d’Ethereum.

Comment évoluent les cryptomonnaies ?

En 2020, les cryptomonnaies ont pris leur place dans la société. Le bitcoin reste omniprésent bien que de nouvelles blockchains plus performantes existent. La lenteur des transactions reste en effet problématique sur la blockchain Bitcoin en particulier pour réaliser de petits achats. Obtenir la confirmation prend une dizaine de minutes au minimum et peut durer plusieurs heures. Néanmoins, des mécanismes existent pour contourner cette difficulté, dont le Lightning Network. Le Lightning Network permet de créer des canaux de paiement entre deux parties. Les transactions sont validées sur la blockchain principale uniquement lorsque le canal de paiement est clôturé. 

Le bitcoin est considéré comme une référence pour tout l’univers des cryptomonnaies et son rôle en tant qu’instrument financier spéculatif a pris de l’ampleur. Le bitcoin domine en effet le marché des cryptomonnaies et représente plus de 60% de la capitalisation totale. Cela se réflète sur les plateformes de trading également. Chez eToro, le bitcoin est la cryptomonnaie la plus demandée. En raison de ce succès, les variations du cours du bitcoin donnent le pouls du marché des cryptomonnaies.  Le cours du bitcoin reflète généralement le sentiment marché global.

Aujourd’hui, de nombreux investisseurs se tournent également vers le bitcoin afin de diversifier leur portefeuille. Sa résistance à l’inflation constitue un atout de taille en temps d’incertitudes économiques. Il est donc courant qu’un trader achète à la fois des actions, des devises classiques et des cryptomonnaies.
Ethereum poursuit également sa propre destinée. Une étape importante s’annonce : la transition vers Ethereum 2.0 qui représente une mise à jour majeure de la blockchain Ethereum. Ces modifications ont pour but d’améliorer les performances de la blockchain ainsi que la vitesse du réseau. La modification principale consiste dans le changement d’un modèle Proof of Work (preuve de travail) vers un modèle Proof of Stake (preuve d’enjeu). La blockchain Ethereum prendra alors une direction fort différente que celle de la blockchain Bitcoin.

Pour rappel, le modèle Proof of Work repose sur la puissance de calcul informatique pour résoudre des problèmes mathématiques. Ce mode de validation des transactions sur la blockchain est souvent critiqué pour sa consommation excessive d’énergie. À l’inverse, un modèle Proof of Stake repose sur des « validateurs » qui doivent mobiliser une certaine quantité d’ethers pour pouvoir voter. Pour obtenir le statut de validateur sur Ethereum, il faudra conserver au minimum 32 ethers (soit l’équivalent de 7500 dollars à partir du passage vers la version 2.0). 

L’idée générale est donc que la blockchain d’Ethereum conserve une souplesse optimale pour permettre le développement des smart contracts et des dApps. Ce changement d’Ethereum est en cours en 2020 et prendra plusieurs années.

Conclusion: Bitcoin vs Ethereum, qui gagne ?

Ce tableau résume en quelques lignes les différences fondamentales entre Bitcoin et Ethereum :

Les deux cryptomonnaies présentent des attraits différents. Elles ont leur rôle à jouer dans le monde de demain. Étant donné qu’elles font partie des cryptomonnaies les plus anciennes, leur réputation est bien établie. Au vu de leur capitalisation, on peut considérer qu’elles dominent dans leurs segments respectifs.  

Pour un investisseur qui s’intéresse au cryptomonnaies, le bitcoin et l’ether sont donc incontournables. Il importe cependant de garder à l’esprit que le cours des cryptomonnaies est volatil et que les technologies sont en constante évolution. Il est donc préférable de diversifier son portefeuille en achetant par exemple d’autre types d’actifs financiers. Cela permettra de gérer son risque dans les meilleures conditions.

Découvrez les différences entre le Bitcoin et son rival l’Ethereum sur eToro


Cette information est destinée à des fins éducatives uniquement. Elle ne peut en aucun cas être qualifiée en tant que conseil d’investissement, offre ou invitation à acheter ou vendre des instruments financiers.

Ce contenu a été rédigé sans tenir compte des objectifs d’investissement particuliers ou de la situation financière personnelle de chacun. De plus, il ne peut être considéré comme conforme aux obligations légales et réglementaires visant à promouvoir la recherche privée ou indépendante. En outre, toute référence à des rendements ou performances passées d’un instrument financier, indice ou produit d’investissement quelconque ne constitue pas et ne peut sous aucun prétexte être assimilée à une indication concernant les résultats futurs.

eToro ne garantit aucunement l’exhaustivité ou l’exactitude du contenu de ce guide et ne peut être considéré comme responsable en la matière. Il est de votre responsabilité de comprendre les risques liés au trading et à la spéculation avant d’engager votre capital. Ne risquez jamais plus que ce que vous êtes disposé à perdre.