Pour développer une stratégie de gestion de portefeuille, il est nécessaire de maîtriser certains indicateurs financiers. Parmi ceux-ci, les « Grecs», comme on les surnomme dans le milieu, font partie des outils indispensables pour évaluer la performance et les risques du portefeuille.

Dans ce guide, nous passons en revue les lettres grecques de la finance : Alpha, Bêta, Gamma, Delta, Thêta et Sigma et vous expliquons comment calculer un coefficient. Nous répondons également aux questions suivantes:

  • Comment calculer alpha et bêta ?
  • Comment interpréter les coefficients alpha et bêta ?
  • Que sont les risques alpha et bêta ?
  • Qu’est-ce que le CAPM et comment cela fonctionne ?

Une fois que vous aurez lu ce guide, vous disposerez donc de nouveaux outils pour améliorer votre gestion des risques financiers. Bonne découverte !

Table des matières

Qu’est-ce que l’alpha d’une action ?

Comment calculer l’alpha d’une action ?

Que signifie le bêta dans les actions ?

Comment calculer le bêta d’une action ?

Qu’est-ce que le CAPM ? Expliquer le modèle d’évaluation des actifs financiers

Autres « Grecs » : Delta, Gamma, Theta, Sigma

Calcul du risque et de la volatilité sur eToro

Conclusion

Qu’est-ce que l’alpha d’une action ?

L’alpha est un coefficient mesurant la performance d’une action, d’un ensemble d’actifs ou d’un portefeuille d’investissement par rapport à une valeur de référence, par exemple un indice.

L’alpha permet donc d’évaluer les prestations d’un titre ou d’un ensemble de titres. Le coefficient alpha est souvent utilisé pour mesurer les performances d’un fonds d’investissement ou d’un gestionnaire de fonds. En effet, un bon coefficient alpha indique que la gestion active du portefeuille a porté ses fruits et que le rendement est supérieur à celui de l’indice de référence. L’alpha mesure d’une certaine manière la valeur ajoutée du gestionnaire de fonds.

Qu'est-ce que l'alpha d'une action ?

Un alpha peut être positif ou négatif. Nous vous expliquons comment interpréter le coefficient alpha dans la section suivante.

On fait également référence au coefficient alpha lorsqu’on parle d’une stratégie de alpha hedging (couverture alpha en français). Cette stratégie de couverture relativement sophistiquée consiste dans le fait de couvrir le coefficient bêta (la plupart du temps au moyen de futures) afin de garder uniquement l’alpha du portefeuille. L’alpha hedging est réservé à des traders ou des gestionnaires de fonds expérimentés. Nous n’entrons pas dans les détails dans le cadre de ce guide.

Attention : il ne faut pas confondre le coefficient alpha utilisé en finance avec le risque alpha en probabilité. Le risque alpha en statistique correspond globalement à la marge d’erreur acceptée. On associe à ce concept l’inflation du risque alpha : plus on effectue un test statistique souvent, plus le risque alpha augmente.

Comment calculer l’alpha d’une action ?

Au-delà du rendement en tant que tel, différents éléments sont indispensables pour calculer l’alpha d’une action :

La valeur ou l’indice de référence. L’alpha compare la performance d’une action à celle d’un indice de référence. On peut citer en exemple le S&P 500 ou encore le CAC 40. Bien évidemment, le choix de cet indice de référence aura un impact sur le coefficient alpha. Il est donc important de comprendre quelle est la valeur de référence et les raisons de son choix.
L’horizon de temps. Comparer les performances à un moment spécifique n’a pas vraiment de sens. En général, on analyse les performances d’une action ou d’un portefeuille sur un intervalle de temps donné. Une période d’un an fait généralement office de référence mais le coefficient alpha peut être mesuré en tenant compte de n’importe quel intervalle de temps.

Comment calculer l’alpha ?

L’alpha d’une action correspond tout simplement au rendement de l’action moins le rendement de l’indice de référence.

Cependant, on observe souvent l’utilisation d’une formule alpha plus sophistiquée qui se fonde sur le modèle d’évaluation des actifs financiers (CAPM, Capital Asset Pricing Model en anglais) et incorpore une composante risque. Nous y reviendrons dans la suite de ce guide.

Comment interpréter l’alpha ?

L’alpha peut être positif, neutre (0) ou négatif :

  • Un alpha positif signifie que l’action a mieux performé que l’indice de référence.
  • Un alpha neutre indique une performance similaire à l’indice de référence.
  • Un alpha négatif reflète une performance inférieure à l’indice de référence.

Prenons l’exemple de l’indice Nasdaq-100. Sa performance annuelle en juin 2021 est de 49% environ. Pour la même période, l’action Amazon affiche un rendement de 31%. Son coefficient alpha est donc de -18%. À l’inverse, Align Technology réalise une performance annuelle de 155%. Son coefficient alpha est donc de 106%. Une action avec un rendement de 49% aurait un coefficient alpha nul.

Bien entendu, cette vision est ultra simplifiée et d’autres facteurs doivent être pris en compte (notamment le risque) pour évaluer de manière objective les performances de ces actions.

Que signifie le bêta dans les actions ?

L’alpha va souvent de pair avec la bêta. Si l’alpha jauge le rendement, le bêta en finance évalue quant à lui le risque d’un actif financier ou d’un portefeuille. Nous vous expliquons la définition du bêta et son fonctionnement ci-après.

Le coefficient bêta évalue la volatilité du cours d’une action en comparaison avec la volatilité du marché ou d’un indice de référence.

Que signifie le bêta dans les actions ?

Si le coefficient est supérieur à 1, l’action est plus volatile que le marché. Si le coefficient est inférieur à 1, l’action est moins volatile que le marché de référence. La volatilité est un élément important pour l’investisseur, en particulier s’il souhaite minimiser son risque. De nombreux commentateurs s’intéressent de près à la volatilité et son évolution.

Rassurez-vous, il n’est pas nécessaire de calculer le bêta vous-même. Vous pouvez très facilement visualiser le coefficient bêta d’une action sur la plateforme eToro. Il suffit de vous rendre sur la page spécifique de l’action qui vous intéresse en tapant le nom de l’entreprise dans la barre de recherche. Cliquez ensuite sur l’onglet « Statistiques ». Sous l’encadré aperçu, vous trouverez différents ratios de risque utiles pour réaliser votre analyse financière comme le bénéfice par action, le rendement sur un an et aussi le bêta.

Voici quelques exemples de bêta (juin 2021). On le calcule généralement sur une moyenne de cinq ans.

Ces actions ont donc un degré de volatilité relativement similaire par rapport à leur marché de référence. L’action Apple est légèrement plus volatile. Un ratio de risque de 1,2524 signifie que les mouvements du cours de l’action Apple auront une amplitude en moyenne 25% plus élevée que ceux du marché (représenté par l’indice S&P 500 en l’occurrence).

Comment calculer le bêta d’une action ?

Si vous souhaitez comprendre comment calculer le bêta d’une action, voici la formule de bêta.

La fonction bêta se présente comme suit :

Bêta = covariance / variance

Dans cette formule de coefficient standardisé bêta, la covariance correspond à la covariance entre le rendement d’un actif et celui du marché. La variance est quant à elle la variance du marché. En pratique, cette formule bêta permet de calculer un coefficient bêta. Cependant, comme indiqué plus haut, ce calcul est généralement effectué par des plateformes de trading ou des professionnels. Il vous suffit donc de consulter l’information.

Lorsqu’un investisseur établit une stratégie de gestion de risque, le bêta aide à bien diversifier son portefeuille. Le coefficient bêta permet de sélectionner des types d’actifs ou des actions dont les performances varient différemment. En incluant des actions qui réagissent aux mouvements de marché de manière différente, vous avez la possibilité de diminuer le risque global de votre portefeuille. Vous pouvez par exemple acheter une action avec un bêta élevé comme Advanced Micro Devices (AMD) et compenser ce risque avec une action à bêta faible comme Toyota (TM). Cet exemple fournit également une diversité sectorielle qui diminue également le risque du portefeuille.

avec une action à bêta faible comme Toyota (TM). Cet exemple fournit également une diversité sectorielle qui diminue également le risque du portefeuille.

Qu’est-ce que le CAPM ? Expliquer le modèle d’évaluation des actifs financiers

Le modèle d’évaluation des actifs financiers — Capital Asset Pricing Model ou CAPM en anglais — est couramment utilisé par les investisseurs. Son objectif revient à calculer le rendement espéré d’un actif ou d’un portefeuille en fonction de son niveau de risque. Le principe sous-jacent à ce modèle est bien entendu qu’un niveau de risque plus élevé implique des perspectives de rendement plus élevées.

Le modèle CAPM formel a été développé dans les années 1960. Bien qu’il ait certaines limites, il reste très populaire dans les milieux financiers. Il s’appuie sur le fait qu’un investisseur souhaite être rémunéré par rapport à la mobilisation de son capital et le risque encouru.

La formule du CAPM sur une action ou un actif financier que nous appellerons A est la suivante :

Rentabilité attendue A = taux d’intérêt sans risque + Bêta A (rentabilité espérée sur le marché — taux d’intérêt sans risque)

Le modèle d’évaluation des actifs financiers s’utilise souvent en conjonction avec les autres techniques d’analyse financière comme l’analyse fondamentale, l’analyse technique ou d’autres méthodes comparables. Il permet de prendre du recul et d’évaluer objectivement un investissement.

L’alpha et le bêta d’une action font partie intégrante du CAPM. Grâce à ces éléments, un investisseur pourra déterminer si courir le risque lié à un investissement particulier en vaut la peine par rapport au rendement éventuel.

Autres « Grecs » : Delta, Gamma, Theta, Sigma

À côté de l’alpha et le bêta, d’autres « Grecs » facilitent l’évaluation d’un portefeuille financier. Ils s’utilisent dans le cadre des options et du trading sur options.

Pour rappel, une option est un droit d’achat ou de vente d’une action ou d’un actif financier pour un prix déterminé (prix d’exercice) durant un intervalle de temps donné (maturité). Les traders d’options achètent donc ces droits d’achats ou de vente. Ils peuvent revendre les options ou choisir de les exercer si le marché évolue favorablement.

Autres « Grecs » : Delta, Gamma, Theta, Sigma

Les indicateurs Delta, Gamma, Thêta et Sigma sont les plus connus. Nous vous expliquons brièvement leur utilité ici afin que vous compreniez de quoi il retourne. Cependant, leur usage est plutôt réservé à des traders expérimentés.

  • Theta mesure le taux auquel une option perd sa valeur au fur et à mesure que sa date d’expiration approche.
  • Delta mesure la variation du prix de l’option en proportion avec les variations du prix de l’actif sous-jacent. En d’autres termes, le delta reflète dans quelle mesure le prix de l’option augmente si le prix du sous-jacent augmente. Un delta de 0,2 indique que le prix de l’option augmente de 0,2 si le prix du sous-jacent augmente de 1 point de base.
    Le delta hedging est une technique de couverture du risque lié à un portefeuille d’options couramment utilisée par les traders professionnels ou les investisseurs institutionnels. Elle vise à neutraliser le delta et donc s’affranchir des variations du prix du sous-jacent. L’idée de base du delta hedging se comprend facilement. Cela revient à obtenir un delta neutre en contrebalançant par exemple un delta positif avec un delta négatif. En pratique, apprendre comment calculer le delta ainsi que développer un modèle delta et une stratégie de delta hedging demandent une certaine expertise. Nous n’approfondirons pas plus dans le cadre de ce guide.
  • Gamma mesure la sensibilité du delta soit la variation du delta en fonction de la variation du prix du sous-jacent. Un gamma élevé indique que l’option peut afficher des mouvements volatils. Peu de traders apprécient ce caractère imprévisible. En effet, l’essence même du trading revient à anticiper correctement l’évolution du marché. Si cette notion vous semble compliquée, vous pouvez retenir que le gamma est une bonne façon de mesurer la fiabilité du fait que l’option soit exercée, soit le fait que l’option vous fasse réaliser des gains. Une stratégie de trading d’options consiste dans le gamma hedging ou la couverture du gamma. Cette stratégie vise à maintenir un delta constant.
  • Sigma est l’écart-type (appelé parfois standard deviation). Dans une série statistique, par exemple une série de retours sur investissement, il définit dans quelle mesure le résultat obtenu diffère du résultat attendu. Plus l’écart-type est élevé, plus votre investissement est risqué car votre rendement pourrait varier fortement par rapport au rendement attendu.

S’il est intéressant de connaître ces éléments, c’est loin de s’avérer indispensable pour investir sur les marchés financiers et développer une stratégie de gestion de portefeuille.

Calcul du risque et de la volatilité sur eToro

Les indicateurs qu’on appelle les Grecs sont donc des éléments importants pour évaluer le risque alpha et bêta ainsi que la volatilité d’un portefeuille ou d’un actif financier. Néanmoins, ces mesures de risque peuvent sembler compliquées à interpréter, en particulier pour des traders débutants.

Afin de simplifier la vie de ses utilisateurs, la plateforme eToro propose également un score de risque calculé pour chaque trader actif sur la plateforme.
Si vous souhaitez utiliser la fonction CopyTrading ou investir dans un CopyPortfolio, le score de risque vous permettra de prendre en compte le degré de risque associé à votre investissement sans devoir effectuer des calculs compliqués.

Concrètement, ce score varie de 0 à 10 (10 correspondant au niveau de risque le plus élevé). eToro calcule ce score de risque quotidiennement en tenant compte de différents facteurs dont la volatilité, l’effet de levier, le sens des positions (achat ou vente), la répartition du capital, les covariances entre les différents actifs, etc. Vous trouverez des explications plus détaillées à ce sujet en consultant la page spécifique d’eToro.

Le score de risque présente un caractère très utile pour jauger rapidement le niveau de risque encouru et améliorer la gestion des risques financiers. Tout comme le ratio bêta, il prend en compte la volatilité des actifs financiers. En comparant le rendement d’un trader sur une période donnée (par exemple un an) et le rendement d’un indice de référence, vous obtiendrez une mesure de risque similaire à l’alpha. En combinant cet alpha spécifique et le score de risque, vous pouvez déterminer si vous voulez suivre ou non ce trader (ou, dans le cadre d’un CopyPortfolio, investir dans cet instrument).

Conclusion

Grâce à ce guide, vous savez maintenant ce que sont l’alpha et le bêta sur les marchés financiers. Nous vous avons aussi expliqué les autres « Grecs » couramment utilisés en finance. Voici un résumé des points essentiels :

  • Tout investisseur en bourse devrait comprendre les indicateurs financiers et la terminologie utilisée pour évaluer les performances de son portefeuille.
  • Si vous préférez acheter des actions individuelles, le bêta est un indicateur utile pour évaluer leur risque.
  • Si vous préférez confier vos fonds à un gestionnaire d’actifs, assurez-vous de connaître (et analyser) son coefficient alpha pour déterminer s’il a une réelle valeur ajoutée.
  • L’alpha est utilisé couramment pour évaluer la performance des fonds communs de placement ou d’autres investissements similaires par rapport à un fonds indiciel ou un indice.
  • Si vous investissez dans des options ou d’autres produits dérivés, nous vous recommandons d’analyser également les autres « Grecs » comme le sigma, le gamma, le thêta ou encore le delta.
  • Les investisseurs avertis utilisent souvent des stratégies de couverture pour diminuer le risque de leur portefeuille. Pour mieux orienter votre stratégie de couverture, il est important de connaître et comprendre les risques que vous souhaitez réduire.

Vous voilà donc équipés pour mieux maîtriser la volatilité et gérer votre risque. N’attendez plus pour mettre en pratique ces nouvelles connaissances !


Cette information est destinée à des fins éducatives uniquement. Elle ne peut en aucun cas être qualifiée en tant que conseil d’investissement, offre ou invitation à acheter ou vendre des instruments financiers.

Ce contenu a été rédigé sans tenir compte des objectifs d’investissement particuliers ou de la situation financière personnelle de chacun. De plus, il ne peut être considéré comme conforme aux obligations légales et réglementaires visant à promouvoir la recherche privée ou indépendante. En outre, toute référence à des rendements ou performances passées d’un instrument financier, indice ou produit d’investissement quelconque ne constitue pas et ne peut sous aucun prétexte être assimilée à une indication concernant les résultats futurs.

eToro ne garantit aucunement l’exhaustivité ou l’exactitude du contenu de ce guide et ne peut être considéré comme responsable en la matière. Il est de votre responsabilité de comprendre les risques liés au trading et à la spéculation avant d’engager votre capital. Ne risquez jamais plus que ce que vous êtes disposé à perdre.