La crise climatique au centre de toutes les préoccupations : Le premier mois de Joe Biden en tant que président

Jeudi 18 février, la secrétaire au Trésor américaine Janet Yellen a encouragé le plan de relance de 1 900 milliards de dollars du président Biden, indiquant qu’il était nécessaire de faire face aux difficultés auxquelles les Américains sont confrontés. Elle a rejeté l’idée que cela entraînerait une inflation accrue, en affirmant que les avantages du plan l’emporteraient sur les coûts. Le plan de relance de près de 2 000 milliards de dollars vient compléter les prévisions du Bureau du budget du Congrès américain selon lesquelles le cumul de la dette nationale américaine en 2021 dépasserait son PIB un exploit généré par des années de dettes accumulées par les administrations démocrate et républicaine.

À peine un mois après le début du mandat du président Biden, le plan de relance sera le premier projet de loi majeur qui sera soumis au vote du Congrès. Le premier mois de Biden a été principalement caractérisé par le nombre impressionnant d’actions exécutives : 50, dont 32 décrets, et un grand nombre destiné à faire reculer les politiques de son prédécesseur et à faire progresser les questions sociales et économiques sur lesquelles il a fait campagne.

  • Crise climatique: rejoindre l’Accord de Paris (sur le changement climatique), révoquer le permis pour le pipeline Keystone XL, geler les forages dans l’ANWR, élever la question du changement climatique à une question de sécurité nationale, s’engager à investir dans les énergies renouvelables.
  • Immigration: Arrêter la construction du mur frontalier, permettre aux immigrés sans papiers d’être comptés dans le recensement américain, remettre en place le programme américain de réinstallation des réfugiés, préserver le DACA, annuler l’interdiction de voyager sur certains pays, créer un groupe de travail pour réunir les familles séparées à la frontière, mettre fin au programme « rester au Mexique », mettre fin à une application sévère de l’immigration.
  • Réponse à la pandémie du Covid-19: Créer le poste de coordinateur des interventions Covid-19, exiger le port du masque sur la propriété fédérale, combler les pénuries dues au Covid 19, développer les tests, améliorer la collecte et l’analyse des données Covid, atteindre 100 millions de vaccinations en 100 jours, fournir des conseils sur la réouverture sécuritaire des écoles, exiger le port du masque dans les transports en commun, réintégrer l’Organisation mondiale de la santé.
  • Équité raciale et entre les sexes: Faire progresser l’équité raciale au sein de l’ensemble du gouvernement fédéral, révoquer la commission de 1776, combattre la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre, abroger l’interdiction militaire transgenre, demander au HUD de s’attaquer aux pratiques discriminatoires en matière de logement, combattre le racisme contre les insulaires du Pacifique et les Américains asiatiques, étendre la protection des personnes LGBTQ dans le monde entier.

Une très faible majorité démocrate au Congrès

Le 5 février, les résolutions adoptées à la Chambre et au Sénat permettent à la relance d’être adoptée avec une majorité simple au Congrès, en utilisant un outil législatif appelé réconciliation budgétaire. Normalement, la législation exige 60 voix au Sénat, mais avec les Démocrates contrôlant les deux chambres du Congrès, le parti voit une occasion de faire avancer son plan d’action sans avoir à faire de compromis avec les Républicains. 

Néanmoins, la majorité du Parti démocrate à la Chambre et au Sénat est très mince, surtout au Sénat où ils ont l’avantage d’un seul siège. L’atmosphère partisane envahissant les salles du Congrès, le plan d’action du président Biden en particulier les aspects les plus progressistes ne se mettra en place que dans la mesure où les sénateurs démocrates et les députés de la Chambre, plus modérés, seront prêts à le faire. 

« Ralentis, Joe »

Seulement une semaine après le début de sa présidence, Biden a signé 17 décrets invitant le New York Times à déclarer : « Doucement avec les décrets, Joe ». Le comité de rédaction a exhorté le président Biden à faire avancer son plan d’action par le biais du Congrès, qui est plus stable et permanent, plutôt que par des décrets, qui peuvent être facilement renversés par une autre administration.

Biden l’a déjà reconnu après avoir accepté la mise en place de décrets concernant le changement climatique, ce qui annulera de nombreuses actions de l’administration Trump sur ce sujet. Il a déclaré que bien que son administration combatte le changement climatique comme jamais auparavant, elle devra adopter une loi pour de nombreuses questions qu’elle veut aborder. 

La majorité des décrets et des actions du président Biden touchent principalement quelques domaines : la réponse à la pandémie, l’équité raciale et entre les sexes, les politiques liées à l’immigration et la crise climatique. Bien que de nombreuses personnes auront une certaine forme d’impact économique, aucune n’en aura autant que les actions de Biden sur la crise climatique, qui risquent d’avoir des répercussions importantes sur les dépenses fédérales et la réaffectation de ses ressources.

La crise climatique et les énergies renouvelables sont des priorités

Dans l’une de ses premières actions en tant que président, Joe Biden a déclaré que les États-Unis réintègreraient l’Accord de Paris (sur le changement climatique). Quelques jours plus tard, il signait un décret destiné à faire face à la crise climatique et proclamait que le changement climatique serait au centre de ses politiques de sécurité nationale et étrangère. Le décret a ordonné la création d’un bureau de politique climatique au sein du bureau exécutif du président, et la nomination d’un conseiller national sur le climat. 

Investissements massifs dans les énergies renouvelables

Au cours de sa campagne politique, Joe Biden a dévoilé un plan de 2 trillions de dollars pour lutter contre le changement climatique, et il n’a pas perdu de temps en tant que président pour commencer à le mettre en œuvre. Les décrets de Biden comportent deux points principaux : premièrement, exploiter tous les aspects du gouvernement fédéral pour lutter contre la crise climatique, ce qui comprend la promotion et l’encouragement de l’innovation et l’utilisation des nouvelles technologies pour l’énergie renouvelable et utiliser le pouvoir d’achat du gouvernement fédéral pour investir dans du matériel qui fonctionne sur l’énergie renouvelable.  

La deuxième partie des décrets à ce sujet vise l’industrie des combustibles fossiles en révoquant des permis comme le pipeline Keystone, en mettant fin à de nouveaux baux pétroliers et gaziers sur des terres publiques et en mettant fin à d’autres investissements qui faciliteraient son expansion.  Selon une fiche d’information publiée par le département américain de l’intérieur, la pause n’affecte que les nouveaux permis, tout en mentionnant que l’industrie du pétrole et du gaz possède 7,700 permis de forage non utilisés et approuvés. Reuters a cité le président de Devon Energy qui espère que leurs permis s’étendront sur une longue période afin de continuer à forer pendant au moins quatre ans. Une déclaration similaire a été faite par EOG Resources, et Occidental a mentionné avoir plus de 200 permis approuvés. Ce sont les petites entreprises qui s’inquiètent de cette pause dans les permis.

L’avenir reste incertain

Bien que le plan de relance ait éliminé certains obstacles, il est difficile de savoir si ce plan exaucera tous les souhaits du nouveau président. Par exemple, personne ne sait s’il réussira à faire adopter la hausse du salaire minimum de 15 dollars que les progressistes ont poussée. Pour l’avenir, Biden travaillera sans aucun doute à la mise en œuvre de son programme climatique, mais il aura besoin du soutien de sénateurs démocrates clés et de membres de la Chambre qui représentent les États et les districts producteurs de charbon et de combustibles fossiles. 

Les députés démocrates texans ont déjà exprimé leur agitation face aux actions de Biden concernant le pétrole et le gaz naturel, en prétendant que celles-ci tueraient des emplois dans leur État. Par contre, les défenseurs de l’énergie renouvelable sont encouragés par la nouvelle Administration. Les organisations représentant les principales compagnies aériennes espèrent que cette administration investira dans l’énergie renouvelable afin que les compagnies aériennes puissent atteindre leurs objectifs en matière d’émission de carbone. 

L’impact économique de la politique de l’administration Biden pourrait être à double tranchant : un secteur prospère des énergies renouvelables avec des investissements importants de la part du gouvernement fédéral, et le secteur du pétrole et du gaz paralysé par des réglementations et d’autres obstacles qui réduiront la productivité et conduiront à la perte d’emplois. 

157 Vues