Avner Meyrav
Par Avner Meyrav
186 Vues

Glossaire complet des crypto-monnaies et de la technologie blockchain

La révolution blockchain a introduit de nombreuses nouvelles pratiques dans le monde d’aujourd’hui, avec en premier lieu les crypto-monnaies. Comme pour la plupart des nouvelles technologies, les terminologies blockchain et crypto évoluent et changent, et de nouvelles expressions sont régulièrement créées. C’est la raison pour laquelle nous avons rassemblé ce glossaire pratique des termes techniques qui vous permettra de mieux comprendre le langage de la blockchain et qui vous aidera à maîtriser ce jargon.

A-C

Airdrop – Une distribution de tokens de la part des opérateurs d’un réseau de crypto-monnaie. Les tokens sont donnés gratuitement à tous les détenteurs de la crypto-monnaie, ou sous condition d’une activité prédéterminée, comme par exemple la promotion de la crypto-monnaie en question sur un réseau social.

Altcoin – Ce terme désigne toutes les crypto-monnaies autre que le Bitcoin. Altcoin est l’abréviation de « alternative coin». Il existe des centaines d’altcoins échangées autour du monde, dont le XRP, le NEO, le Stellar et bien d’autres encore.

ASIC – Abréviation de « Application Specific Integrated Circuit » (littéralement « circuit intégré propre à une application »). Un ASIC est une puce conçue spécifiquement pour une tâche bien précise. Dans le monde de la blockchain, il s’agit généralement de puces développées pour pouvoir fonctionner sur des ordinateurs de minage, et elles sont considérées comme étant supérieures aux processeurs CPU et GPU.

Attaque des 51 % – Ce terme décrit une situation dans laquelle une trop grande partie de la puissance du réseau blockchain est concentrée en un seul endroit. Un utilisateur, ou un groupe d’utilisateurs, qui contrôle 51 % du système peut le manipuler à dessein ou bien effectuer par inadvertance des transactions conflictuelles pouvant compromettre le système.

Bitcoin – La première et la plus grande crypto-monnaie au monde (par capitalisation boursière). Le Bitcoin a été lancé en 2009 comme devise décentralisée basée sur la technologie blockchain. Il s’agit de la première application réelle de la blockchain. Le Bitcoin a été créé par une personne ou un groupe de personnes s’identifiant sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto.

Blockchain – Un réseau décentralisé, construit à partir d’une chaîne continue de segments de code de taille prédéterminée (blocs). Toutes les transactions effectuées sur le réseau sont stockées dans un registre public (ledger), qui existe dans tout le réseau, ce qui signifie qu’il n’est pas nécessaire qu’un serveur central autorise les transactions sur le réseau.

Clé privée  – Chaque utilisateur du réseau détient une clé privée. La clé privée n’est connue que de l’utilisateur et peut être assimilée à un mot de passe.

Clé publique – Si la clé privée mentionnée plus haut peut être assimilée à un mot de passe, la clé publique peut quant à elle être comparée à un nom d’utilisateur, car elle est disponible pour tous dans le registre public.

Consensus – Étant donné qu’une grande partie des données d’un réseau blockchain public est stockée simultanément sur plusieurs zones du réseau, les membres veulent avoir la même copie de ces segments de code (comme pour un registre public) sur la totalité du réseau.

Contrat intelligent (smart contract) – Algorithme utilisant la technologie blockchain afin d’exécuter automatiquement un contrat donné. Lorsque les conditions d’un contrat intelligent sont remplies, celui-ci est exécuté, les parties prenantes étant alors récompensées selon les termes du contrat. Les contrats intelligents ont été popularisés par le réseau blockchain d’Ethereum.

Crypto-monnaie – La première application majeure de la technologie blockchain, une crypto-monnaie est une devise conçue pour ne pas avoir de propriétaire central, chaque unité (token) et chaque transaction étant cryptés de manière unique. La technologie blockchain est l’infrastructure qui permet aux crypto-monnaies de pouvoir être stockées et aux tokens du réseau de pouvoir changer de propriétaire.

D-H

DAO – Acronyme de « Decentralized Autonomous Organization ». Ce terme décrit une entreprise qui utilise des pratiques liées à la technologie blockchain, comme par exemple les contrats intelligents, pour se gérer elle-même, sans avoir recours à une autorité centrale.

Dapps – Abréviation de « Decentralized apps ». Il s’agit essentiellement de programmes qui utilisent la technologie blockchain pour créer n’importe quel type d’application pouvant s’exécuter sur un réseau décentralisé.

Fork – Étant donné que la blockchain est décentralisée, chaque modification apportée au réseau doit être acceptée par ses utilisateurs afin de pouvoir être apportée. Si un nombre suffisant d’utilisateurs accepte une mise à niveau ou un changement de code, il est alors déployé sur le réseau. Une modification qui prend toujours en charge les anciennes versions du réseau est appelée « Soft Fork », tandis qu’une modification qui la rend rétro-incompatible est appelée « Hard Fork ». Parfois, une scission au sein de la communauté concernant un Hard Fork peut entraîner la création d’un tout nouveau réseau de blockchain parallèle. Ce fut le cas avec la création de Bitcoin Cash et d’Ethereum Classic.

Frais de transaction (transaction fee) – Étant donné que les transactions effectuées sur un réseau blockchain nécessitent une puissance de calcul importante, les mineurs du réseau se font concurrence pour le droit de traiter la transaction, en allouant leur puissance de calcul. Le mineur qui finit par traiter la transaction en question reçoit alors une commission, ou frais de transaction.

Genesis block – Premier bloc de code créé sur un réseau blockchain.

Hash – La pratique consistant à utiliser un algorithme afin de donner à un ensemble de données une « empreinte digitale ». Lors du stockage d’informations sur la blockchain, le « hashing » est utilisé afin de créer une forme unifiée d’identification des blocs de code en les convertissant en une chaîne de chiffres et de lettres d’une taille fixe.

I-M

ICO (Initial Coin Offering) – Offre initiale d’attribution d’unités d’une crypto-monnaie. Ce terme décrit une situation dans laquelle une entreprise lève des fonds en émettant des tokens de crypto-monnaie, vendus à un prix fixe aux premiers investisseurs.

Lightning Network – Une solution de « seconde couche », conçue pour augmenter considérablement la vitesse de traitement des transactions sur un réseau blockchain. Le réseau Lightning Network crée un réseau P2P pour traiter les transactions, avant de les diffuser pour être enregistrées sur le registre public blockchain sous-jacent.

Liquidité – La facilité avec laquelle une crypto-monnaie donnée peut être convertie en argent liquide. La liquidité dépend de nombreux facteurs, notamment de l’offre et de la demande et des délais de traitement des transactions.

Minage – Pratique consistant à allouer de l’énergie informatique pour effectuer des transactions sur le réseau et être récompensé en retour par des tokens. Chaque transaction est chiffrée par une équation qui nécessite une puissance de calcul très importante à traiter. Les mineurs qui résolvent l’équation en premier, permettant ainsi à la transaction d’avoir lieu, sont récompensés par une petite commission.

N-P

Nœud – Un ordinateur présent sur le réseau qui exploite une copie du registre blockchain. Les nœuds sont dispersés au sein du réseau, lui permettant ainsi de garder une forme décentralisée.

Peer-to-Peer (P2P) – La pratique du partage d’informations sur un réseau donné directement entre deux parties, sans passer par un serveur pour transmettre les données.

Pool de minage – Structure créée par un groupe de mineurs afin de pouvoir traiter plus de transactions et recevoir davantage de commissions. Les fonds sont ensuite répartis entre les membres du pool.

Portefeuille – Programme en ligne, ou programme client natif, qui permet aux utilisateurs de stocker, de transférer et de visualiser leur solde. Différents portefeuilles prennent en charge différentes crypto-monnaies, et de nombreux portefeuilles prennent en charge diverses crypto-monnaies sur une seule plateforme.

Portefeuille papier– Une solution de stockage « à froid », considérée comme l’un des moyens les plus sûrs de stocker des crypto-monnaies. Le portefeuille papier peut être imprimé sur n’importe quelle imprimante et inclut la clé publique et la clé privée unique à cet utilisateur, cryptées sous forme de codes QR. Lorsque les utilisateurs souhaitent accéder à leurs fonds, il leur suffit de scanner leur portefeuille papier.

Preuve d’enjeu (proof of stake) – Une méthode qui consiste à déterminer quels utilisateurs peuvent ajouter de nouveaux blocs à la chaîne de blocs, leur permettant ainsi de remporter des revenus de minage. Grâce à cette méthode, parmi les utilisateurs participant au processus de minage, ceux qui ont plus de tokens sont favorisés par rapport à ceux qui en ont moins.

Preuve de travail (proof of work) – Antérieure à la preuve de participation, la preuve de travail est un concept similaire, car elle sert à décider quel utilisateur est autorisé à créer un bloc. Toutefois, avec la méthode de preuve de travail, l’admissibilité est déterminée en fonction de la puissance de calcul, et non pas en fonction de la richesse numérique des mineurs.

Registre (ledger) – Un livre de comptes numérique sur lequel sont enregistrées toutes les transactions qui ont eu lieu sur un réseau blockchain donné. Les copies du registre sont stockées sur le réseau et sont constamment mises à jour pour correspondre les unes aux autres, de sorte que les transactions peuvent être vérifiées par n’importe qui sur le réseau.

S-W

SegWit – – Abréviation de « Segregated Witness » (« témoin séparé »). Ce terme fait référence à une solution qui permet d’accroître la vitesse d’un réseau blockchain. Le SegWit pourrait potentiellement être implémenté en tant que « Soft Fork » sur un réseau blockchain, améliorant ainsi ses fonctionnalités sans avoir besoin de créer une nouvelle monnaie ou de rendre le réseau rétro-incompatible.

Signature numérique – Un terme commun utilisé pour identifier un individu ou une action sur Internet. En jargon blockchain, cette expression se réfère généralement à un identifiant unique donné à un utilisateur, un token ou une transaction donné(e).

Stockage à froid (cold storage) – Une mesure de sécurité destinée à pouvoir stocker des crypto-monnaies dans un environnement hors ligne. Il peut s’agir d’un périphérique de stockage (comme par exemple une clé USB) ou d’un « portefeuille papier ».

Token (jeton) – Unité ou pièce individuelle liée à un réseau blockchain spécifique et représentant sa monnaie, donnant de la valeur aux transactions au sein du réseau. Par exemple, le token du réseau Litecoin est le LTC.

Whitepaper – Document qui sert de compte-rendu ou de guide à un problème complexe. Dans le monde des crypto-monnaies, les whitepapers sont utilisés comme moyens de transmettre un réseau blockchain ou encore la structure, le plan et/ou le concept d’une crypto-monnaie.

Les crypto-monnaies sont susceptibles de subir d’importantes fluctuations de prix et ne sont donc pas appropriées pour tous les investisseurs. Le trading de crypto-monnaies n’est supervisé par aucun cadre réglementaire européen. Votre capital est assujetti à un risque. Vous ne perdrez jamais plus que le montant investi sur chaque position. Ce contenu est fourni uniquement à titre informatif et ne doit pas être considéré comme un conseil de placement.

186 Vues