eToro
Par eToro
974 Vues

Guide eToro sur les pièces numériques

Bitcoin (BTC)

Bitcoin (BTC)

Le Bitcoin reste le grand de la technologie Blockchain, le roi incontesté des crypto-monnaies. Il est le précurseur et l’initiateur de toutes les catégories de blockchain, la nouvelle façon révolutionnaire de gérer les données et le transfert de paiement, qui a vu naître d’innombrables autres initiatives intéressantes en matière de monnaie numérique et de projets de start-ups.

La blockchain permet essentiellement de distribuer des données plutôt que de les copier. Le Bitcoin (BTC) est devenu la première manifestation concrète du concept de blockchain en 2009 lorsqu’un groupe de programmeurs a dévoilé le logiciel open-source sous le nom de Satoshi Nakamoto. Cela a rapidement enthousiasmé la communauté technologique mondiale. Les nombreux avantages potentiels pour l’avenir des transferts numériques, en particulier en ce qui concerne les paiements, furent désormais clairement visibles.

L’essence même du Bitcoin, et en effet la blockchain en soi, est que les transactions ont lieu entre les utilisateurs directement, sans intermédiaire. Les transactions
sont vérifiées par les nœuds du réseau et enregistrées dans un ledger public, encore une fois disponible à tous – et c’est la « blockchain ». Pour cette raison, le Bitcoin est également appelé monnaie numérique décentralisée, et c’est le premier d’une longue série !
Personne ne possède le réseau de Bitcoin, tout comme personne ne possède la technologie derrière l’e-mail ou Internet. Les transactions de Bitcoin sont vérifiées par les mineurs de Bitcoin. Tous les utilisateurs doivent travailler avec le même logiciel et les mêmes règles opérationnelles, faisant du Bitcoin une véritable démocratie.
Le Bitcoin n’est plus une idée de génie scientifique et technologique. Loin s’en faut. Le Bitcoin possède une valeur réelle et transférable. Il peut être échangé contre d’autres devises, produits et services sur des marchés légaux. Il existe des milliers de guichets automatiques à travers le monde. Dans certains endroits, vous pouvez utiliser le Bitcoin pour payer vos courses et même vos frais universitaires.
Le Bitcoin est également sans doute la star de l’investissement de ces dix dernières années. Disponible pour seulement quelques

cents en 2009, il se trade pour des milliers de dollars américains cette année.

Il ne fait aucun doute que le Bitcoin a fait gagner beaucoup d’argent à beaucoup de gens. Il est devenu le centre de stratégie de nombreux traders en ligne ces dernières années. Sa volatilité comme actif d’investissement et sa croissance explosive comme innovation technique le rendent incroyablement attrayant pour les day-traders.

Ethereum (ETH)

Alors que le Bitcoin est toujours considéré comme le roi des crypto-monnaies, pour l’instant, du moins, l’Ethereum est sans doute son plus grand concurrent pour le détroner. Beaucoup croient que l’Ethereum est la monnaie qui possède la meilleure chance d’égaler, et même de surpasser, l’allure magique du Bitcoin.

L’Ethereum utilise la même technologie de blockchain innovante que le Bitcoin. Mais contrairement au Bitcoin, il ne s’agit pas simplement de créer un nouveau réseau pour les paiements en ligne. Le potentiel de l’Ethereum va bien au-delà. En plus de gérer sa propre monnaie numérique, l’Ether, il prend également en charge les « contrats intelligents », qui sont en gros des accords écrits en code informatique sur la plateforme et qui exécutent des transactions automatiquement lorsque certaines conditions sont remplies.
Cela fait de l’Ethereum un monstre très différent. Comme certains experts le décrivent, on pourrait dire que si le Bitcoin est un nouveau mécanisme de paiement en ligne alternatif, l’Ethereum établit les bases d’un tout nouvel Internet.
En fin de compte, les développeurs utilisant la blockchain de l’Ethereum peuvent de cette manière créer des applications et des systèmes, ce qui élimine le besoin d’un intermédiaire central. Imaginez, par exemple, un monde où nous n’avons pas besoin de banques pour contracter des prêts, ni d’agents immobiliers pour des propriétés, ni de courtiers d’assurance, ni même de ministères.

Avec les applications de l’Ethereum, personne ne peut en théorie corrompre, altérer ou détruire les données, car elles existent effectivement sur plusieurs endroits du réseau. Cela peut être plus sûr et les temps d’arrêt sont réduits à zéro, ou proche de zéro.

Dans sa courte histoire, l’Ethereum a déjà subi une transformation majeure et il existe en fait maintenant deux types d’Ethereum, appelés Ethereum (ETH) et Ethereum Classic (ETC). La plateforme originale de l’Ethereum s’est scindée en deux en juin 2016 lorsqu’une faille technique a été exposée par un pirate informatique. Dans le chaos qui a suivi, il y eut deux courants de réflexion sur la meilleure façon de faire évoluer la plateforme de l’Ethereum. Cela a créé la divergence, communément appelée le « hard fork » dans le monde des crypto-monnaies.

L’Ethereum Classic, qui conclut que le concept de plateforme de démocratie complète devrait prévaloir, malgré les risques d’attaque, a connu une croissance beaucoup plus lente que celle de l’Ethereum, arguant de la nécessité de donner plus de contrôle à un groupe de développeurs.

Quelle que soit la forme d’Ethereum à laquelle vous appartenez – et beaucoup de gens sont heureux de faire partie des deux camps – le potentiel de l’Ethereum de transformer nos vies est ahurissant. Pas étonnant que cela ait attiré l’imagination. Mais rappelez-vous, l’enthousiasme est encore fermement concentré sur son potentiel futur, dont la réalisation est loin. Cela est très attrayant pour certains investisseurs, qui peuvent y voir une opportunité de monter à bord maintenant, alors qu’il est encore relativement tôt et que l’on peut acheter à ce qui pourrait être considéré comme un prix très bas dans cinq ans.

Ethereum Classic (ETC)

Malgré ses années de formation, il y a déjà eu un conflit dans la communauté de l’Ethereum et une divergence dans le développement technique de la plateforme de blockchain de l’Ethereum, plus communément appelée « hard fork ».

L’Ethereum Classic (ETC) est né de la plateforme originale de l’Ethereum et de sa philosophie selon laquelle la technologie doit fonctionner d’une manière entièrement démocratique au sein de la base d’utilisateurs. À la suite d’une attaque sur la plateforme en 2016, des quantités de fonds importantes ont été saccagées par un pirate informatique exposant une faille technique, et la communauté de l’Ethereum fut en désaccord sur la façon dont ils devaient réagir.
De vastes quantités de fonds furent alors en jeu et pour une grande partie de la communauté de l’Ethereum, cela fit avancer les choses et changea le système de croyance fondamental autour de la façon dont l’Ethereum pouvait se développer avec succès.

Un groupe de la communauté lança un plan visant essentiellement à rembourser l’argent qui avait été dérobé en introduisant un certain « contrat intelligent » et en intégrant des mesures de sécurité afin d’éviter des attaques similaires à l’avenir. La proposition
a causé beaucoup de controverse et une scission s’est produite. Ceux qui étaient contre la proposition ont refusé de passer à la nouvelle blockchain et ont décidé de rester dans l’ancienne blockchain, en changeant son nom pour Ethereum Classic ou ETC.

La plupart des membres sont passés à la nouvelle blockchain, y compris plusieurs des grands joueurs de la communauté tels que les fondateurs Vitalik Buterin et Gavin Wood. Les membres qui sont restés sur la plateforme originale voient l’argument comme étant largement philosophique, croyant au pouvoir conceptuel de l’Ethereum à faire face à la corruption financière et la cupidité des entreprises. Ils sont souvent étiquetés comme « Crypto-idéalistes ». Selon que vous considériez ce nom comme négatif ou positif peut indiquer quelle version de l’Ethereum vous préférez.

Bien que l’Ethereum Classic puisse manquer de la dynamique de l’Ethereum, tant en termes de valeur croissante que de progrès techniques, il reste un domaine d’intérêt pour les traders et les investisseurs, ainsi que pour les développeurs. Il y aurait beaucoup d’escrocs sur la plateforme de l’Ethereum Classic, ce qui a dissuadé beaucoup de monde, mais il attire encore une attention considérable uniquement en raison de son potentiel unique.

L’Ethereum Classic disparaîtra-t-il maintenant alors que l’Ethereum avance et innove ? Ou les champions d’une véritable démocratie de blockchain trouveront-ils un moyen de revitaliser l’Ethereum Classic, lui donner une nouvelle vie et démontrer aux sceptiques qu’ils ont tort ?
Dash

Dash

Le Dash est une monnaie numérique basée sur le logiciel de Bitcoin qui se concentre sur la confidentialité et l’évolutivité comme principales caractéristiques distinctives. Vous pouvez effectuer des paiements instantanés et privés en ligne ou en magasin grâce à sa plateforme open source sécurisée, hébergée par des milliers d’utilisateurs. Et sa technologie se développe incroyablement rapidement.

En ce sens, le Dash a résolu un grand nombre des problèmes inhérents au Bitcoin, qui se sont centrés sur les vitesses de transactions lentes, et les incapacités à évoluer rapidement et à devenir une véritable offre grand public. En comparaison, le Dash a été conçu dès le départ comme une plateforme de monnaie évolutive et conviviale pour l’adoption de masse.
En plus des récompenses traditionnelles pour l’exploitation minière du Dash, les utilisateurs sont également récompensés pour le fonctionnement et la maintenance de serveurs spéciaux appelés « masternodes ». En bref, ces masternodes fournissent une bonne partie de l’infrastructure réseau sur laquelle le Dash opère.
Le Bitcoin fonctionne sur un réseau à un seul niveau avec un temps de cette manière par bloc de dix minutes. Il a besoin de six opérations de dix minutes pour confirmer pleinement une transaction, ce qui
veut dire qu’une transaction de Bitcoin peut prendre jusqu’à une heure pour être exécutée.
Le Dash fonctionne sur un réseau à deux niveaux. Le premier niveau fonctionne de la même manière que le réseau du Bitcoin, mais le deuxième niveau, composé de ces serveurs spéciaux connus sous le nom de masternodes, permet des fonctionnalités supplémentaires telles que des transactions instantanées (InstantX), des transactions privées (Darksend), la gouvernance décentralisée et la budgétisation. C’est ce deuxième niveau qui donne au Dash un avantage concurrentiel.
N’importe qui peut exécuter un masternode, hébergé sur des serveurs privés virtuels, gérés par des sociétés telles que Amazon Web Services. Ils doivent juste prouver d’abord qu’ils possèdent 1000 DASH. Si le propriétaire dépense 1000 DASH, son masternode est désactivé.
Les utilisateurs de Dash qui exécutent un masternode sont davantage encouragés à recevoir une partie de la récompense lorsque les mineurs trouvent de nouveaux blocs, avec 45 % de cette récompense allant au réseau de masternodes. Cela en soi peut faire du Dash un type d’investissement intéressant et très différent.

Le Dash est un réel gage de sérieux. Il a créé une nouvelle équipe basée à Hong Kong appelée Dash Labs pour se concentrer sur le développement de matériel personnalisé. Pendant ce temps, l’équipe de base vise à augmenter la vitesse, la taille et la portée à chaque étape du développement, doublant le nombre de développeurs à chaque version. Ils s’engagent également à publier une grande quantité de documents privés pour assurer une transparence et une confiance totales dans l’évolution de la plateforme.
Le Dash a certainement été l’une des crypto-monnaies connaissant la croissance la plus rapide en 2017 et a suscité beaucoup d’intérêt parmi les traders et les investisseurs de crypto-monnaies.

Ripple (XRP)

Le Ripple, également appelé Ripple Transaction Protocol (RTXP) ou protocole Ripple, est un système de paiement et de règlement en temps réel. Il opère également comme bourse de change avec sa monnaie native connue sous le nom de XRP, et revendique hardiment de permettre des « transactions financières mondiales sécurisées, instantanées et presque gratuites, de toute taille, sans charges ».
Tout comme le logiciel du Bitcoin et d’autres technologies de blockchain, le Ripple est basé sur un protocole open-source distribué et un ledger de consensus où les utilisateurs du système acceptent et confirment les transactions. Et comme un certain nombre de concurrents du Bitcoin, le Ripple a sans doute fait un meilleur travail dans la création d’une plateforme qui fonctionne beaucoup plus rapidement que celle du Bitcoin et exécute des transactions à très faible coût.
Si elle fonctionne aussi bien qu’ils le prétendent, les avantages pour les entreprises qui adoptent le Ripple sont clairs. Ils peuvent générer de nouvelles opportunités de revenus, bénéficier de coûts de traitement réduits et, en fin de compte, offrir une meilleure expérience client globale grâce à leurs processus de paiement.
Les débuts du Ripple précèdent en fait le Bitcoin et la blockchain à bien des égards. En 2004,
le développeur Ryan Fugger a eu la vision qu’il voulait créer un système monétaire décentralisé, qui reposerait uniquement sur les utilisateurs individuels et les communautés, et découragerait les intermédiaires et les autorités gouvernementales.
Il a créé RipplePay, un service financier destiné à offrir des options de paiement sécurisées au sein d’une communauté en ligne. Ce fût le noyau du Ripple. Au fil des ans, Fugger a continuellement raffiné et élargi son concept, travaillant avec d’autres entrepreneurs et développeurs de paiements numériques.
Le Ripple même, tel que nous le connaissons aujourd’hui, est né en 2012. L’effet a depuis lors été très fidèle à son nom avec un nombre croissant de passionnés de technologie et de traders de crypto-monnaies désireux de comprendre ses implémentations potentielles et ses avantages uniques par rapport à d’autres plateformes et structures d’exploitation de monnaies numériques.
Il s’agit maintenant sans aucun doute de l’une des plus grandes crypto-monnaies au monde, et elle est activement utilisée par de nombreuses sociétés financières connues, notamment UniCredit, UBS et Santander. Le protocole du Ripple

a enthousiasmé les grandes banques et les réseaux de paiement avec son infrastructure de règlement et sa technologie de pointe, en particulier le faible coût et la sécurité qu’il offre, le tout à grande échelle.
Cela dit, nous devons nous rappeler que c’est encore très tôt, toute proportion gardée. Oui, il existe des noms de marques domestiques utilisant activement le Ripple, mais ils le font de manière contrôlée. Et il existe encore beaucoup de grandes maisons financières et de géants du commerce qui devraient s’engager pleinement, évaluant encore leurs options dans les deux camps.

Litecoin (LTC)

Litecoin (LTC)

Le Litecoin, en open-source, est souvent qualifié de partenaire du Bitcoin, bien que beaucoup le considèrent maintenant comme un concurrent direct. Il s’agit en fait d’une monnaie en ligne pair à pair que vous pouvez utiliser pour effectuer des paiements instantanés à un coût proche de zéro et à n’importe qui dans le monde.
Le Litecoin a été créé en octobre 2011 par l’ancien ingénieur de Google, Charles Lee. L’idée, derrière le projet de Lee, était de créer une monnaie numérique qui corrigerait de nombreux problèmes du Bitcoin ou serait améliorée dans les domaines où le Bitcoin était perçu comme faible.

Les transactions sont très rapides avec des blocs de transactions prenant typiquement de 2 à 3 minutes par rapport aux 10 minutes du Bitcoin. Pour cette raison, il a généré beaucoup de soutien de l’industrie, possède un volume de trading décent et, pour ceux qui cherchent à acheter et à vendre du Litecoin, il bénéficie d’une très bonne liquidité.

La différence fondamentale et technique entre les deux – Litecoin et Bitcoin – est centrée sur leurs capacités minières respectives. Lorsque les utilisateurs minent le Litecoin, ils le font en utilisant un autre type d’algorithme, connu sous le nom d’algorithme de scripte. Il incorpore l’algorithme de hachage SHA-256 du Bitcoin, mais l’améliore en exécutant des calculs qui
peuvent être grandement accélérés dans un traitement parallèle.

Par conséquent, le Litecoin peut gérer un plus grand volume de transactions grâce à un processus de génération de blocs bien plus rapide. Le seul petit inconvénient de ce volume plus élevé de blocs est que la blockchain du Litecoin sera proportionnellement plus grande que celle du Bitcoin, ce qui signifie qu’il aura plus de blocs laissés à l’abandon.

Cependant, le Litecoin offre une plus grande efficacité et une plus grande offre pour le marché tout en étant à l’abri de l’inflation en limitant le nombre de pièces en circulation, avec potentiellement 84 millions de pièces par rapport aux 21 millions que le Bitcoin possède comme limite supérieure. Par conséquent, on pourrait faire valoir que le Litecoin est en bonne position pour l’achat et la vente au jour le jour, car l’offre est plus importante.
Pour les traders et les investisseurs de crypto-monnaies, le Litecoin possède de nombreuses qualités attrayantes. Parce que son intégration dans les systèmes mondiaux et son adoption par les entreprises commerciales a eu lieu de nombreuses années après celles du Bitcoin, il est actuellement beaucoup moins cher d’investir dans le Litecoin. Le Bitcoin a une longueur d’avance et le Litecoin pourrait ne jamais le rattraper,
bien sûr, mais il possède clairement des caractéristiques et des avantages convaincants par rapport au Bitcoin qui pourraient en faire une proposition plus attrayante pour les détaillants et les banques sur le long terme.
Si le Bitcoin franchit quelques obstacles majeurs, tels que les défis très controversés d’évolutivité en cours, les grandes marques commerciales pourraient être contrariées et, afin d’accélérer leur propre croissance et leurs plans d’expansion, en particulier à l’étranger, pourraient se tourner vers le Litecoin comme alternative viable.

Bitcoin Cash (BCH)

Bitcoin Cash (BCH)

Le 1er août 2017, le Bitcoin a connu un « hard fork » et une scission, tout un groupe d’enthousiastes, de mineurs et d’ingénieurs ont formé une nouvelle monnaie, appelée Bitcoin Cash (BCH).

La scission a eu lieu en raison des défis entourant la capacité du Bitcoin à répondre au nombre énorme de transactions qu’impliquent la devise. Cela avait engendré un retard de transactions et mettait la pression sur tout le réseau Bitcoin, et les investisseurs comme les mineurs étaient frustrés. En bref, Bitcoin était devenu trop important pour durer et le réseau Bitcoin ne pouvait plus faire face.

Parmi les nombreuses propositions avancées pour trouver des solutions au problème, Bitcoin Cash faisait partie des plus populaires. La scission avec Bitcoin a eu lieu suite à un hard fork réussi en août 2017, et BCH n’a jamais regretté.

Bitcoin Cash se décrit comme étant : « la meilleure monnaie au monde ». Compte tenu de la hausse du cours de BCH depuis son lancement, il est évident que BCH gagne en popularité.

Sur un plan plus pragmatique, bitcoin se définit comme « une monnaie électronique entre pairs ». Tout comme le Bitcoin, il est entièrement décentralisé, sans banque centrale, et ne nécessite aucun tiers de confiance pour fonctionner. L’utilisation de l’expression « entre pairs » est importante, car BCH met l’accent sur la rapidité de la transaction. C’est le principal avantage par rapport au Bitcoin, BCH proposant une vitesse de transaction beaucoup plus élevée. Il a donc la capacité nécessaire pour traiter beaucoup plus de transactions.

Avec la hausse de sa popularité, de plus en plus de bourses inscrivent BCH dans leurs systèmes. En outre, de plus en plus de mineurs sont attirés par la monnaie et sa valeur augmente donc en conséquence. Il reste cependant à voir si la vitesse accrue des transactions sera suffisante. Mais pour l’instant, c’est une alternative intéressante au Bitcoin.

Stellar Lumens (XLM)

Stellar Lumens (XLM)

Stellar Network est une blockchain open source qui permet d’exécuter des transactions transfrontalières offrant un accès égal à tous les utilisateurs impliqués. Lancée en 2014, Stellar a été inventée par le co-créateur du Ripple, Jed McCaleb, après un conflit avec le reste du conseil concernant la vision globale du Ripple. Le concept sous-jacent à Stellar Network consiste à mettre les devises, qu’elles soient fiduciaires ou numériques, au second plan, offrant aux gens un moyen plus rapide, moins cher et plus efficace d’effectuer des transactions transfrontalières.

Stellar utilise le Lumens (XLM) comme devise sur son réseau ; 100 milliards de Lumens ont été initialement créés mais l’approvisionnement est infini car les Lumens ont une croissance annuelle de 1 %. Le temps de transaction actuel quand le Lumens est utilisé est minimal, entre 2 à 5 secondes. Non seulement ce réseau est rapide, mais le coût d’une transaction utilisant le Lumens s’élève à seulement 0,0001 XLM.

Les organisations partenaires de Stellar Network, appelées « Anchors », sont des entités de confiance telles que des banques ou des entreprises qui fournissent une ligne de crédit pour que les gens puissent utiliser Stellar Network avec des actifs tels que des livres ou des euros.

Stellar dispose d’une fonctionnalité intégrée impressionnante : une bourse décentralisée qui associe les offres de vente et d’achat des Anchors qui détiennent les devises, dans le but de trouver le meilleur taux de change. Stellar Network peut être utilisé pour échanger n’importe quelle devise détenue par les Anchors ; ce qui inclut d’autres crypto-monnaies.

Par exemple :

  •         Une personne A résidant au Royaume-Uni souhaite envoyer 100 $ à une personne B aux États-Unis.
  •         La personne A utilise Stellar Network pour envoyer une somme équivalente en livre sterling à un Anchor au Royaume-Uni.
  •         L’Anchor au Royaume-Uni met à jour le solde sur le registre.
  •         Un Anchor aux États-Unis voit le solde sur le registre et envoie 100 $ à la personne B.
  •         Les Anchors au Royaume-Uni et aux États-Unis utilisent le Lumens pour régler les comptes, ce qui coûte une fraction de penny.

On constate aisément les similarités entre Stellar et Ripple mais la différence principale est que Stellar vise à simplifier les paiements entre les utilisateurs individuels, tandis que Ripple a pour objectif de fournir des solutions aux grandes institutions financières. Stellar fonctionne pour nous et Ripple fonctionne pour eux, si vous voulez.

Par ailleurs, Ripple détient près de 60 % des XRP initialement émis, ce qui leur donne la possibilité d’influencer le marché s’ils le souhaitent. Stellar, quant à elle, a cédé le contrôle de ses jetons excédentaires à l’organisation à but non lucratif, Stellar Development Foundation.

Il ne fait aucun doute que Stellar se taille une place de choix dans l’univers des crypto-monnaies. Grâce à l’association de partenaires importants incluant notamment IBM et Deloitte, à des temps de transaction rapides et à des frais bas, Stellar pourrait connaître une année 2018 prometteuse.

NEO

NEO (NEO)

NEO est une crypto-monnaie relativement nouvelle qui a pour vision de créer une plateforme économique plus intelligente. Elle porte bien son nom car le mot NEO signifie « nouveau et frais » en grec. Anciennement appelée Antshares, la première blockchain open source en Chine, NEO a été qualifiée de réponse de la Chine à l’Ethereum et s’est depuis bâti une réputation dans l’industrie en générant un important retour pour ses investisseurs. L’objectif est de devenir plus que juste une autre crypto-monnaie, mais qu’est-ce que NEO exactement ?

Qu’est ce que NEO ?

NEO est une blockchain et un système de monnaie qui crée une façon plus efficace de transférer de l’argent entre les utilisateurs. Il s’agit d’un Smart contract et d’une plateforme d’applications décentralisées (DaPP). Comparable à l’Ethereum, NEO est divisé en deux types de jetons, chacun ciblant des utilisateurs spécifiques de la plateforme NEO.

Le premier est NEO et le second est GAS :

NEO (ANS) demeure une unité unique qui, contrairement au Bitcoin, ne peut pas être divisée en fractions. Cela fonctionne de la même manière que les actions d’une société ; une action ne peut pas être divisée en unités plus petites. Bien que cela pourrait poser problème à l’avenir car la valeur augmente, les bourses élaborent déjà leurs propres méthodes pour diviser le NEO.

La blockchain NEO a un plafond de 100 millions de jetons qui seront préalablement minés lors de création de blocks initiale. Les jetons seront utilisés pour les modifications du réseau, la création de blocs, la gestion du réseau et d’autres exigences d’accord.

GAS, comme son nom l’indique, est le carburant de la plateforme NEO. Actuellement, seuls certains marchés chinois spécifiques peuvent acheter des jetons GAS. Les utilisateurs doivent quant à eux acheter NEO, qui assure leur participation dans l’avenir de la plateforme. Les jetons GAS sont également plafonnés à 100 millions. Contrairement au jeton NEO, GAS est divisible par un facteur de 1/10^8 et n’a pas été préalablement miné. Les jetons GAS seront utilisés comme incitations pour maintenir la blockchain et les frais de transaction une fois que les paiements utilisant le réseau NEO commenceront.

EOS

EOS (EOS)

Similaire à l’Ethereum dans sa fonction, EOS a pour objectif de faciliter la création d’applications conviviales basées sur la blockchain pour les développeurs. Par exemple, EOS utilise des contrats intelligents pour rendre la technologie blockchain accessible aux entreprises qui ne maîtrisent pas bien ses complexités. Le créateur d’EOS, Dan Larrimer, est déjà à l’origine de deux projets très fructueux ; Bitshares et Steem. Il a même qualifié EOS. IO (la blockchain sur laquelle repose la crypto-monnaie EOS) de « Tueur de l’Ethereum ».

Qu’est-ce qu’EOS ?

EOS est un nouveau altcoin qui reconnaît le potentiel de la technologie blockchain et s’inspire de crypto-monnaies comme l’Ethereum. EOS est une plateforme open source qui revendique être l’infrastructure la plus puissante pour les applications décentralisées (DApps) et vise à soutenir des milliers de DApps à échelle commerciale à l’avenir. Le livre blanc qualifie la blockchain de « schéma global pour une société basée sur la blockchain évolutive à l’échelle mondiale ». Contrairement à de nombreux autres réseaux DApp comparables, la création d’une interface conviviale pour les développeurs est une fonctionnalité qui revêt apparemment beaucoup d’importance pour l’équipe d’EOS. EOS dispose d’une boîte à outils pour le développement d’interfaces et a créé un processus exempt de frais pour exploiter le réseau. Le seul coût impliqué est l’achat initial des jetons EOS, que les utilisateurs peuvent évidemment vendre quand ils le souhaitent. Les jetons EOS offrent aux utilisateurs une part proportionnelle dans la bande passante, le stockage et la puissance de traitement du réseau. Au lieu d’utiliser une blockchain basée sur le minage, EOS utilise une Preuve d’enjeu déléguée (DPOS), qui fonctionne en autorisant les utilisateurs qui souhaitent créer des blocs en fonction du nombre de votes qu’un utilisateur particulier accumule. Le système fonctionne en sélectionnant un délégué pour 21 blocs, un bloc étant produit toutes les 3 secondes, et après la création de ces 21 blocs, un nouveau représentant est élu. Si un utilisateur sélectionné ne parvient pas à produire un bloc, ce bloc particulier est omis, créant un écart de 6 secondes ou plus dans la blockchain. Pour assurer que le réseau continue de bien fonctionner, un producteur qui est absent pendant 24 heures est complètement expulsé du système. En vue de se débarrasser de la centralisation, tous les changements apportés au système doivent être approuvés par la majorité des producteurs de blocs pendant au moins 30 jours.

Qu’est-ce qui détermine le cours d’EOS ?

  1. Adoption : si EOS devient la plateforme de choix pour les entreprises, les jetons vont fortement gagner en valeur. Des fonctionnalités telles que l’exécution parallèle attirent l’attention de grandes sociétés à mesure que le potentiel de la technologie blockchain devient évident.
  2. Partenariats : des partenariats importants avec des sociétés de premier plan et figures de proue de l’industrie peuvent générer des variations des prix. Les partenariats d’EOS avec Richard Lang (ancien PDG de Bithumb) et Mike Novogratz (PDG de Galaxy Digital) sont une marque de confiance et ont encouragé les utilisateurs à investir dans la plateforme.
  3. Réseaux sociaux : EOS est très active sur les réseaux sociaux, informant continuellement ses suiveurs des progrès du réseau. En fonction de la portée de l’annonce, la valeur de la crypto-monnaie peut fluctuer car les utilisateurs se précipitent pour investir ou vendre en réaction aux mises à jour.

Cardano (ADA)

Cardano (ADA)

Cardano est une blockchain publique décentralisée, scientifique et évaluée par un comité (connu sous le nom de Ouroborous) qui utilise l’ADA comme monnaie de la plateforme. Le projet Cardano a démarré en 2015 avec la vision de créer une plateforme de contrats intelligents distribuée et robuste, offrant des fonctionnalités plus avancées que tout autre développement jamais réalisé auparavant. La plateforme est la création d’une équipe incroyable qui a mené des recherches approfondies, et a apporté des commentaires d’ingénieurs experts et d’universitaires du monde entier.

Le fait que Cardano ait été examinée minutieusement par la communauté académique est ce qui la rend si unique. L’équipe de Cardano a publié de nombreux articles scientifiques qui ont été placés sous les microscopes de mathématiciens, de cryptographes et d’ingénieurs, qui à leur tour, ont fourni leurs commentaires pour apporter des améliorations. L’équipe a reconnu que pour créer une plateforme flexible, évolutive et sécurisée, qui soit prête pour une adoption en masse, une recherche détaillée devait être privilégiée.

Cardano sera, bien sûr, la plateforme de la crypto-monnaie Ada mais en plus de cela, sera utilisée pour exécuter des applications monétaires similaires à l’Ethereum et au Neo. Ce qui rend Cardano plus évolutive que les deux crypto-monnaies mentionnées, c’est qu’elle est construite en couches. Les couches rendent la plateforme plus adaptable, permettant des mises à jour au moyen de soft forks. La couche de fondation, nommée Cardano Settlement Layer (CSL), gèrera l’Ada, et la seconde couche sera dédiée à la gestion des contrats intelligents – Cardano Computation Layer (CCL).

Cardano est composée de trois organisations qui contribuent toutes au développement du projet :

  1. La Fondation Cardano, qui agit comme organe directeur pour s’assurer que toute la technologie Cardano est normalisée et respecte les réglementations gouvernementales. La fondation vise également à protéger et à améliorer l’écosystème de Cardano tout en développant la communauté et en créant des partenariats.
  2. La seconde est IOHK (Input Output Hong Kong), une société d’ingénierie et de technologie chargée de concevoir, construire et entretenir la plateforme Cardano jusqu’en 2020.
  3. La dernière est Emurgo, responsable du développement des applications basées sur Cardano à travers l’investissement, la recherche et les partenariats.

 

IOTA

Le projet IOTA a pour objectif de devenir le registre distribué de l’Internet des objets (IoT). Sa base de partisans grandissante est convaincue que la crypto-monnaie IOTA, qui utilise une architecture Tangle, présente plusieurs avantages par rapport aux crypto-monnaies basées sur la blockchain. C’est-à-dire qu’elle est évolutive à l’infini, décentralisée, modulaire et qu’elle n’a aucun frais de transaction.

Qu’est-ce que l’IOTA ?

En 2018, il existe quelque 31 milliards d’appareils qui comptent sur l’Internet des objets (IoT) dans le monde, selon le cabinet d’analyses basé à Londres, IHS Markit. Ce chiffre augmente de façon exponentielle, avec plusieurs millions de nouveaux capteurs ajoutés chaque semaine, alors que notre planète devient de plus en plus connectée. David Sønstebø, fondateur de l’IOTA, est convaincu qu’il a mis au point une solution qui servira de structure au monde naissant de l’IoT.

Sønstebø affirme que l’IOTA – un protocole de registre distribué open-source qui va « au-delà de la blockchain » et qui est l’acronyme d’« Internet of Things Application » – a été développé pour permettre le « changement de paradigme » dans l’IoT en établissant un « registre de tout “normalisé de facto” ». L’idée est que cette crypto-monnaie permettra l’échange de données entre les appareils équipés de capteurs qui composent l’IoT.

Les réserves en circulation actuelles et maximum de l’IOTA atteignent le chiffre vertigineux de 2 779 530 283 277 761. Aussi incroyable qu’il puisse paraître, ce chiffre est en fait très élevé en raison de la façon dont l’IOTA est mesurée. L’IOTA est divisée en six niveaux de mesure : iota (i) ; kilo-iota (Ki) ; méga-iota (Mi) ; giga-iota (Gi) ; terra-iota (Ti) ; et péta-iota (Pi). Les utilisateurs moyens ne seront pas concernés par les deux derniers niveaux, en raison de leur taille : un Pi équivaut à un quadrillion de IOTA (un facteur de 1012). De l’autre côté de l’échelle, un iota – au moment de la rédaction de cet article, au début du mois d’août 2018 – vaut 0,00000087 centime. Un Ki vaut 1 000 i, tandis qu’un Mi vaut 1 million i, et Gi vaut 1 milliard i.

Qu’est-ce qui détermine le cours de l’IOTA ?

  1. La demande et la concurrence : alors que les développeurs continuent de repousser les frontières de la technologie de la blockchain, les concurrents utilisent naturellement les nouvelles découvertes et les appliquent aux nouvelles crypto-monnaies. Lorsque la nouvelle de l’émergence de crypto-monnaies avec des objectifs similaires se propage, les prix sont souvent impactés parce que les utilisateurs sont attirés par les nouvelles opportunités. L’architecture Tangle de l’IOTA promet d’aller « au-delà de la blockchain ».
  2. Les nouveaux records de cours : lorsque les prix des crypto-monnaies atteignent de nouveaux sommets, cela peut générer une tendance parmi les investisseurs qui cherchent à en tirer profit. Lorsque le ratio entre les acheteurs et les vendeurs change, cela peut causer un effet boule de neige, entraînant une flambée des prix lorsque de plus en plus d’utilisateurs espèrent vendre à temps pour retirer un bénéfice. La fréquence de ces événements a même entraîné la création d’un nouveau mot pour les désigner : l’acronyme « HODL », qui signifie « conserver à tout prix ». Ce qui était à l’origine une faute de frappe pour « HOLD » a été pour la première fois utilisé sur un forum dédié au Bitcoin et utilisé pour exprimer la conviction d’un utilisateur que la crypto-monnaie finirait par être rentable pendant une période baissière.
  3. La spéculation : la spéculation jouera toujours un rôle dans le cours des crypto-monnaies, d’autant plus que le secteur est relativement jeune, avec des événements qui ne sont jamais arrivés avant, les utilisateurs ne peuvent pas prédire le résultat. Les spéculations frénétiques peuvent entraîner une forte hausse ou une forte chute des prix, mais dans tous les cas, les prix se stabilisent souvent lorsque les faits deviennent évidents.

 

Attaque des 51 %
Cela se produit lorsque plus de la moitié de la puissance informatique sur un réseau de devise numérique est exploitée par un seul mineur, qui en théorie est le contrôleur principal et l’autorité de ce réseau.
Altcoin
Les alternatives et concurrents du Bitcoin sont collectivement connus sous le nom de Altcoins.
Bitcoin Whitepaper
Rédigé par Satoshi Nakamoto en 2008, le célèbre document explique le concept et le protocole du Bitcoin. Le code Bitcoin a été publié l’année suivante.
Block reward
La récompense qu’un mineur reçoit lorsqu’il a réussi à hacher un bloc de transaction. Il peut s’agir d’un mélange de pièces et de frais de transaction.
Faucet
Lorsqu’un certain nombre de pièces sont distribuées gratuitement pour générer un intérêt et initier un élan dans la communauté de minage des crypto-monnaies.
Monnaie « Fiat »
Monnaie qu’un gouvernement a déclaré avoir cours légal, mais elle n’est pas soutenue par une matière première physique.
Fork
L’émergence ou la création d’une nouvelle version d’une blockchain spécifique. Cela se produit en général lorsqu’un ensemble de mineurs commence à hacher différents blocs de transactions les uns des autres.
Bloc Genesis
Si vous connaissez la Bible, vous comprendrez pourquoi c’est le terme employé pour le tout premier bloc de la blockchain.
Minage
C’est lorsque de nouveaux Bitcoins sont générés, ce qui se produit lorsque les problèmes de crypto-monnaies sont résolus.
Satoshi Nakamoto
L’inventeur du concept et du protocole du Bitcoin. Certains pensent qu’il s’agit d’un groupe d’individus plutôt que d’une personne. Le terme « Satoshi » fait référence à la plus petite subdivision d’un Bitcoin actuellement disponible (0,00000001 BTC).
Silk Road
Le marché en ligne clandestin et controversé souvent lié aux crypto-monnaies dans le passé et qui a été fermé par le FBI en 2013.
Virgin Bitcoin
Bitcoins achetés comme une récompense pour le minage d’un bloc. Ceux-ci n’ont pas encore été dépensés.

 

Le trading de crypto-monnaies ne convient pas à tout le monde. Les crypto-monnaies ne sont pas réglementées. Elles ne sont soutenues par aucun gouvernement ni aucune banque centrale. Les crypto-monnaies sont basées sur la technologie et la confiance. Vous ne bénéficiez pas des protections offertes aux clients profitant de services d’investissement réglementés tels que l’accès au Fonds de compensation des investisseurs (ICF) pour les clients de sociétés d’investissement chypriotes ou les Programme du fonds de compensation des services financiers (FSCS) et au Financial Ombudsman Service pour le règlement des différends. Vous risquez de perdre l’intégralité du capital investi. Les chiffres indiqués concernent des performances passées, qui ne sont pas une indication fiable des résultats futurs.

974 Vues