500 victoires au compteur : Un entretien avec le tennisman et investisseur eToro Gaël Monfils

Partenaire de longue date d’eToro, la superstar du tennis Gaël Monfils a récemment célébré un exploit rare : une carrière marquée par 500 victoires ! Nous avons discuté avec lui de sa carrière de tennis, de ses habitudes d’investissement et de sa vie quotidienne. 

Gaël est un joueur accompli, actif depuis plus de 17 ans. Connu pour son comportement flamboyant sur le terrain, il est pourtant tout le contraire en dehors du terrain. C’est un homme tranquille, calme, posé et extrêmement agréable. L’attention qu’il porte à sa profession, associée à ses passions extraprofessionnelles, font de lui une personne vraiment digne d’intérêt. 

« J’ai su juste avant le match »

En août de cette année, Gaël Monfils a franchi une étape dont la plupart des athlètes professionnels ne peuvent que rêver : il a atteint la barre des 500 victoires. Gaël est ainsi le 10e joueur en activité ayant remporté le plus grand nombre de victoires au monde et le 53e de tous les temps. « J’ai su juste avant le match que si je gagnais, j’atteindrais les 500. Ça n’a pas ajouté de pression », m’explique Gaël dans une interview vidéo. 

Avec son micro de qualité professionnelle et son fond coloré, truffé de figurines en vinyle Funko Pop! représentant ses icônes préférées de la culture pop, Gaël semble beaucoup plus jeune que ses 34 ans. Il ressemble davantage à un streamer Twitch (ce qu’il est en réalité) qu’à un athlète professionnel. Mais quand vient l’heure de jouer, il devient une machine à gagner mortelle et efficace, comme l’indique ce qu’il m’a dit sur son état d’esprit avant sa 500e victoire : « À un moment donné, je savais que c’était très proche et je savais que je l’atteindrais, mais j’étais concentré sur la poursuite du tournoi (Western & Southern Open). »

« Il m’a fallu un an et demi pour retrouver mon élan ».

« C’était difficile pour moi de jouer dans des stades vides. J’aime sentir l’énergie, sentir la foule derrière moi ». Connu par beaucoup comme « le showman du tennis », Gaël a une relation unique avec la foule et tire une grande partie de son énergie des fans sur le terrain , ce qui explique pourquoi la pandémie mondiale l’a touché plus durement que d’autres. « La situation liée à la Covid a brisé mon élan. C’était un élément difficile à gérer pour moi. Juste avant la Covid, je jouais mon meilleur tennis et j’ai presque atteint le meilleur classement que j’ai jamais eu. Il m’a fallu un an et demi pour retrouver mon élan ».

Pendant cette période, Gaël était actif sur les réseaux sociaux comme Instagram, Twitch, Twitter et TikTok, avec des feeds fréquents et la diffusion en direct de jeux vidéo et de discussions improvisées, lui permettant de rester en contact avec ses fans. « La relation est devenue virtuelle. En fait, je me suis rapproché des fans grâce aux réseaux sociaux, car je peux leur parler. »

Mais bien qu’il ait trouvé le bon côté d’une situation autrement dramatique, Gaël avait hâte de jouer à nouveau devant un public. « C’était vraiment irréel de voir le public revenir dans les stades. Passer de 10 000 spectateurs à aucun spectateur lors des matchs a été assez difficile. Mon premier match de retour était à Toronto… C’était incroyable. J’ai attendu ça une éternité. C’était vraiment spécial ».

« Le mot le plus important pour moi est ‘discipline’ »

Gaël a plusieurs passe-temps différents, comme la collection de montres, les jeux vidéo et la musique. « Les gens disent parfois : ‘Tu joues au tennis, alors tiens-toi en au tennis.’ Oui, je suis un bon joueur de tennis, mais j’ai des loisirs. Ils veulent nous mettre dans une boîte, mais, pour la plupart d’entre nous, nous pouvons aussi devenir excellents dans d’autres domaines. 

« Le mot le plus important pour moi est ‘discipline’ », déclare-t-il. « Je sais que j’ai mes 67 heures d’entrainement par jour, alors j’organise ma vie autour de ça. Je tiens la discipline de mes parents. Mes parents m’ont toujours appris à poursuivre ma passion, mais aussi à lâcher prise, à voir que la vie est belle si l’on est curieux et que l’on veut apprendre.

« Les gens me voient comme un homme qui fait le spectacle, ce qui est génial, c’est ce que je suis, mais ils oublient que (les athlètes) sont des êtres humains avec des émotions et des familles », dit Gaël. Il n’est pas étonnant qu’il y accorde une telle importance, puisque sa femme, Elina Svitolina, est également une joueuse de tennis professionnelle. 

« Nous partageons un objectif : être des athlètes de haut niveau », dit Gaël. « Nous comprenons les sacrifices nécessaires, nous nous entraînons ensemble et nous essayons toujours de donner le meilleur de nous-mêmes. Parfois, c’est difficile parce que pour certains tournois, nous sommes séparés. Mais nous essayons de trouver des tournois dans les mêmes régions, juste pour pouvoir être ensemble ».

« Mon portefeuille est solide grâce aux actions auxquelles je crois »

En plus de ses passe-temps cités précédemment, Gaël est également un investisseur sur eToro. Depuis 2017, il investit sur la plateforme avec régularité. « Dans mon portefeuille eToro, je me concentre sur le moyen et le long terme. Je ne fais généralement pas d’investissements à court terme », dit-il. 

« Mon portefeuille est solide grâce aux actions auxquelles je crois. Il faut un peu de chance, mais il faut aussi faire confiance aux entreprises dans lesquelles on investit. J’ai beaucoup d’entreprises technologiques (dans mon portefeuille). Je pense que notre génération croit en la technologie et que ces entreprises sont à l’origine de certains des plus grands changements dans nos vies ».

Je lui ai demandé quelles étaient les similitudes entre le fait d’être un athlète professionnel et un bon investisseur, ce à quoi il a répondu : « Dans les deux cas, vous devez être très prudent. En tant qu’athlète, vous devez être très attentif avant, après et pendant les matchs. C’est la même chose pour les investissements : il faut lire beaucoup, avant, pendant et même après avoir investi ».

« Il faut être très discipliné (lorsqu’on investit), ce qui est la chose la plus difficile pour beaucoup de gens. Au tennis, c’est la même chose. Tu ne peux pas arrêter de t’entraîner et tu dois faire attention à ne pas trop t’entraîner il faut avoir une stratégie. Le tennis et les investissements sont tous deux très risqués, mais si tu es discipliné, tu peux réussir ».

« J’ai vraiment de la chance de vivre ma passion ».

Gaël joue en tant que professionnel depuis 17 ans et a réussi à rester au sommet pendant presque toute sa carrière, se classant continuellement parmi les 20 meilleurs joueurs du monde. « C’est assez naturel, pour être honnête », dit-il en souriant. « J’aime le sport que je pratique, j’aime ce que je fais. J’ai vraiment de la chance de vivre ma passion. J’ai la chance de réussir dans ce à quoi je rêvais quand j’étais jeune. J’imagine que le jour où je n’aurai plus envie de me lever pour aller m’entraîner, où je perdrai ma discipline, je pense que ce sera la fin de ma carrière de joueur de tennis professionnel. Mais ça me parait encore loin. Je veux absolument atteindre les 600 victoires avant la fin de ma carrière », conclut-il.

2174 Vues