Les prix du gaz naturel montent en flèche en Europe sous le regard des investisseurs

Les prix record du gaz naturel en Europe offrent une opportunité aux investisseurs

Le gaz naturel est une matière première fondamentale dans notre monde. Ses usages comprennent la fourniture de chaleur pour la cuisine et le chauffage, l’alimentation des centrales électriques qui fournissent de l’électricité aux particuliers et aux entreprises, ainsi que l’alimentation en électricité d’objets allant des smartphones aux feux de signalisation.  Il alimente les processus industriels pour la fabrication des produits et constitue un ingrédient central pour les plastiques, les peintures et les engrais, pour n’en citer que quelques-uns.

L’utilisation omniprésente du gaz naturel dans notre vie quotidienne explique pourquoi la récente flambée des prix de ce produit est préoccupante. Au début du mois d’octobre, les prix du gaz naturel en Europe ont atteint un nouveau record de 1 200 dollars pour 1 000 m3, soit plus de 100 dollars par MWh. Sur le site européen de commerce virtuel TTF, les prix ont atteint 116 dollars par MWh, soit 5 fois plus qu’au début de l’année. En 2020, l’UE dépendait de la Russie pour 43,4 % de son approvisionnement en gaz naturel, ce qui a suscité des inquiétudes parmi les responsables de l’UE quant à la nécessité de diversifier son approvisionnement énergétique et de réduire sa dépendance vis-à-vis de la Russie. 

La hausse de prix a également touché les trading desk et autres investisseurs qui auraient accumulé plus de 30 milliards de dollars de positions courtes sur les marchés européens. 

Facteurs à l’origine de la flambée des prix

 Les facteurs à l’origine de la hausse des prix comprennent une demande de gaz naturel refoulée après la pandémie de coronavirus. L’augmentation des expéditions vers les marchés mondiaux a entraîné une diminution des expéditions de gaz vers l’Europe du Nord-Ouest. En outre, les basses températures en Europe à la fin de l’hiver dernier ont entraîné une augmentation de la demande de gaz à un moment où la plupart des fournisseurs reconstituent habituellement leurs stocks.

La hausse des prix du gaz naturel incite les entreprises de services publics à chercher ailleurs de l’énergie, comme le pétrole, et maintenant même le charbon, qui a été méprisé pendant des années comme étant le combustible le plus sale. Toutefois, si l’Europe cherchait à s’orienter vers le charbon, cela provoquerait une flambée des prix dans cette région. Par ailleurs, c’est un domaine où la Russie ne serait pas en mesure de répondre à toutes les demandes de l’Europe.

Une tempête parfaite pour le Royaume-Uni

En Grande-Bretagne, la pénurie de carburant a conduit le Premier ministre Boris Johnson à faire appel à l’armée pour atténuer la crise. Mais la crise du carburant est presque une tempête parfaite de facteurs qui surgissent tous en même temps. Dans sa volonté de réduire les émissions de carbone, la Grande-Bretagne a récemment autorisé des entreprises à fermer des installations de stockage de gaz : des générateurs au charbon ont été fermés ainsi que des centrales nucléaires vieillissantes. Les vents faibles du début du mois de septembre ont entraîné une diminution de l’électricité produite par les éoliennes. En outre, l’approvisionnement de la Grande-Bretagne en électricité en provenance de France a été entravé par un incendie dans une installation du réseau national. Comme le dit un consultant dans le domaine de l’électricité : « Six ou sept choses ont pris une mauvaise tournure au même moment. » 

Bien que les États-Unis disposent d’une grande réserve de gaz naturel, ils connaîtront eux aussi une augmentation des prix, mais pas aux mêmes niveaux que l’Europe et l’Asie, qui paient dans certains cas plus de cinq fois le prix payé aux États-Unis.

Les investisseurs cherchent à transformer un citron en limonade

Les consommateurs du monde entier devront payer la facture de cette augmentation de prix d’une manière ou d’une autre. Qu’il s’agisse des prix de l’électricité, des appareils de chauffage ou de la pompe à essence, il semble que les consommateurs devront débourser beaucoup plus d’argent que ces dernières années. Si de nombreux porte-monnaies vont sans doute être touchés, la flambée des prix offre également des opportunités.  

Par exemple, la flambée des prix du gaz naturel devrait augmenter les bénéfices d’Exxon Mobil au troisième trimestre d’environ 700 millions de dollars, selon les prévisions de bénéfices de la société. Exxon n’est qu’une des nombreuses entreprises opérant le long de la chaîne d’approvisionnement en gaz naturel. Nombre de ces entreprises représentent des opportunités d’investissement pour ceux qui cherchent à tirer parti de la flambée des prix. Les contrats de gaz naturel ont atteint des sommets inégalés depuis 2008. Récemment, les prix ont franchi la barre des 6 dollars, ce qui en cumul annuel jusqu’à ce jour représente une augmentation de plus de 100 %, et depuis avril 2021 d’environ 130 %. 

La Norvège, qui fournit environ 20 % du gaz naturel de l’UE, a promis d’augmenter ses exportations de gaz naturel vers toute l’Europe en octobre. D’autres gaz peuvent également approvisionner le marché européen, bien que les hivers impitoyables de l’Europe ajouteront certainement du stress à des approvisionnements déjà faibles. Les investisseurs suivront sans doute cette évolution et tenteront de transformer le citron en limonade en s’intéressant aux entreprises qui profiteront le plus de la flambée des prix.

 

Les prévisions ne sont pas une indication des résultats futurs.

Cette communication est proposée à titre informatif et pédagogique uniquement et ne doit pas être considérée comme contenant des conseils d’investissement, des recommandations personnelles, une offre ou une sollicitation pour l’achat ou la vente d’instruments financiers. Ce support a été élaboré sans tenir compte des objectifs d’investissement ou de la situation financière d’un trader particulier et n’a pas été élaboré conformément aux exigences légales et réglementaires visant à promouvoir la recherche indépendante. Toute référence à la performance passée ou future d’un instrument financier, indice ou ensemble de produits d’investissement n’est pas, et ne devrait pas être considérée comme un indicateur fiable des résultats futurs. eToro n’accorde aucune garantie et n’assume aucune responsabilité concernant la précision ou l’exhaustivité de cette publication.

Cette communication est proposée à titre informatif et pédagogique uniquement et ne doit pas être considérée comme contenant des conseils d’investissement, des recommandations personnelles, une offre ou une sollicitation pour l’achat ou la vente d’instruments financiers Ce document a été élaboré sans aucune considération à l’égard de quelconque objectif d’investissement ou situation financière du destinataire. Toute référence aux performances passées ou futures d’un instrument financier n’est pas, et ne devrait pas être considérée comme un indicateur fiable des résultats futurs. eToro n’accorde aucune garantie et n’assume aucune responsabilité concernant la précision ou l’exhaustivité de cette publication.

113 Vues