Lorsqu’on s’intéresse aux investissements en actions, on s’aperçoit rapidement qu’il existe différentes catégories de titres. On peut les classer en fonction de leur taille, de leur secteur, de leur régime juridique (caractéristiques définies par la loi ou les statuts) ou selon les perspectives qu’elles offrent en matière de risque et de rendement. L’investisseur peut parfois s’y perdre.

Table des matières

Les différents types d‘actions

Comment et pourquoi déterminer sa stratégie d’investissement ?

Comment mettre en place une bonne stratégie de gestion de risque ?

Quelques exemples d’actions pour les traders à risque

Quelques exemples d’actions pour les traders averses au risque

Conclusion

Dans cet article, nous vous expliquons de manière simple les différents types d’actions. Nous vous donnons aussi des exemples pratiques d’investissements en fonction de votre profil de risque. Ces éléments vous permettront de mettre en place une bonne stratégie d’investissement pour mieux gérer le risque de votre portefeuille.

Les différents types d‘actions

Les actions font partie des valeurs mobilières comme les obligations par exemple. On peut différencier les actions en fonction de leurs attributs juridiques ou en fonction du type de perspectives qu’elles offrent.

Classification des actions selon leur régime légal

Commençons par le début. Lorsqu’on parle d’actions, on fait généralement référence à des actions ordinaires soit des titres représentant un droit de propriété d’une société et donc une fraction de capital.

Une action ordinaire donne un droit de vote à l’assemblée générale des actionnaires ainsi que le droit au dividende éventuel. Les actionnaires courent le risque de faillite de la société car ce sont les derniers payés.

À côté de ces actions ordinaires, on distingue des actions privilégiées. Celles-ci donnent droit à un dividende fixé d’avance et le droit de vote varie. Les détenteurs d’actions privilégiées seront payés avant les détenteurs d’actions ordinaires en cas de faillite. L’entreprise peut souvent les racheter sous certaines conditions. Les actions privilégiées s’apparentent fortement aux obligations mais comportent plus de risques.

Enfin, les sociétés anonymes définissent librement différentes classes d’actions comme des actions à dividende prioritaire par exemple. Cette liberté peut être limitée en fonction des lois du pays. Chaque classe d’actions possède ses attributs propres. Beaucoup de très grosses entreprises américaines utilisent cette faculté (par exemple dans le cadre d’un programme de rémunération des employés). On peut citer à titre d’exemple Berkshire Hathaway, Alphabet (la société mère de Google) ou encore United Parcel Service.

Classification des actions selon les perspectives

En marge de cette classification officielle, on peut aussi classer les actions selon leur degré de risque ou leurs perspectives de rendement. On distingue dans ce cas quatre grands types d’actions : les actions cycliques, les actions défensives, les actions de croissance et les actions de rendement.

Actions cycliques

Les actions cycliques sont des actions dont les performances varient considérablement en fonction de la situation économique globale. On peut citer par exemple les actions du secteur du tourisme, du secteur automobile ou de l’aviation. Les actions cycliques affichent donc généralement une volatilité importante que l’on peut mesurer grâce à l’indicateur bêta. Nous en reparlerons par la suite.

Actions défensives

À l’inverse des actions cycliques, ces actions supportent généralement mieux les évolutions macroéconomiques. Considérées comme stables, leur volatilité est peu élevée. Ces entreprises exercent leur activité dans des domaines indispensables à la vie quotidienne.

Traditionnellement, on estime que les secteurs suivants constituent des secteurs défensifs : la pharmacie, l’agroalimentaire ou encore les télécommunications. Néanmoins, la digitalisation et l’accélération des changements ont fortement modifié la donne ces dernières années. Les investisseurs boudent aujourd’hui des secteurs autrefois considérés comme pérennes.

Actions de croissance

Comme leur nom l’indique, les actions de croissance affichent généralement une augmentation sensible du prix au fil du temps. Les investisseurs sélectionnent ce genre d’entreprise dans l’espoir de réaliser une plus-value sensible au moment de la revente. Fonctionnant souvent sur un modèle start-up, ces entreprises distribuent peu de dividendes car elles réinvestissent leurs profits pour continuer de croître. Si les actions de croissance peuvent s’avérer très lucratives, ce sont également des actifs risqués. La chute peut se révéler aussi rapide et brutale que l’ascension.

Actions de rendement

Ce sont les actions du bon père de famille par excellence. Cette catégorie englobe des actions d’entreprises dominantes dans leur secteur avec des capitalisations boursières élevées dont la politique est de distribuer une bonne partie du profit sous la forme de dividendes.

L’infographie ci-dessous vous donne quelques exemples d’actions de chaque catégorie. Gardez cependant à l’esprit que cette classification n’est pas rigide. Certains traders choisissent de classifier les actions selon une typologie nettement plus détaillée. De plus, certaines actions peuvent se présenter à cheval sur plusieurs catégories.

Comment et pourquoi déterminer sa stratégie d’investissement ?

Tous les traders n’investissent pas sur le long terme, il existe en effet différents types de traders. Certains n’achètent des actions que pour quelques minutes voire quelques secondes. Leurs critères de sélection diffèrent donc fortement de ceux d’un investisseur à long terme. Pour ces traders, les outils graphiques sont souvent essentiels. Ils définissent leur stratégie en fonction d’objectifs de rendement et de volatilité par exemple.

Néanmoins, dès qu’on achète des actions pour les garder durant un certain temps, définir une stratégie pour sélectionner les entreprises est crucial. Les éléments suivants aideront à définir cette stratégie :

– montant du capital à disposition ;

– nécessité de récupérer rapidement ou non ledit capital ;

– souhait d’obtenir des revenus de manière régulière ;

– aversion au risque.

En répondant à ces questions, vous pourrez déterminer vos attentes. L’étape suivante consiste à mettre en place une bonne stratégie de gestion de risque.

Comment mettre en place une bonne stratégie de gestion de risque ?

Un investissement en actions est toujours risqué. Même si c’est peu probable, chaque entreprise court le risque d’une faillite ou d’un cas de force majeure qui réduira sa valeur considérablement. Tout investisseur doit donc tenir compte de ses priorités et de son aversion au risque pour déterminer sa stratégie.

Le cocktail parfait n’existe pas et chacun doit déterminer son point d’équilibre. On peut cependant recommander de conserver une vue d’ensemble de son portefeuille. Définir le pourcentage approximatif du capital que l’on souhaite investir dans chaque type d’action ou dans chaque secteur constitue un bon point de départ. Cela permet d’éviter de basculer vers un portefeuille trop risqué.

Différents indicateurs permettent d’évaluer le risque d’une action et sa volatilité. L’un des plus connus est le coefficient bêta.

Qu’est-ce que le coefficient bêta ?

Le coefficient bêta est un indicateur essentiel dans la gestion du risque de son portefeuille. Il met en perspective la volatilité d’un actif financier avec son marché de référence. On comparera par exemple une action française avec l’indice CAC 40. Une action avec un bêta entre -1 et 1 présente plus de stabilité et donc moins de risques qu’une action avec un bêta élevé.

L’exemple suivant vous présente plusieurs grandes entreprises de l’indice CAC 40 et leur bêta (à jour mi-août 2020).

D’autres mesures existent pour mesurer la volatilité du portefeuille. Certains ont même développé des modèles mathématiques extrêmement pointus qui utilisent différents ratios. L’un des ratios les plus connus s’appelle le ratio de Sharpe. Ce ratio met en perspective la performance d’un portefeuille par rapport au rendement d’un actif sans risque.

Sur la plateforme eToro, le programme CopyTrader permet de suivre et copier certains traders. eToro classe les traders en fonction du niveau de risque de leur portefeuille. Le score de risque varie de 1 à 10. Ce chiffre évalue le risque global du portefeuille. Il est donc tout à fait possible d’obtenir un score élevé alors que le portefeuille détient des actions défensives par exemple.

De plus, eToro propose également un
CopyPortfolio qui rassemble des traders avec des ratios de Sharpe élevés.

Quelques exemples d’actions pour les traders à risque

Si vous vous sentez prêt à prendre des risques pour augmenter votre rendement, les perspectives ne manquent pas. Souvent, les traders privilégieront des actions de croissance à fort potentiel. À l’heure actuelle, on se tournera naturellement vers le secteur technologique et les start-ups.

Les segments suivants peuvent être considérés comme prometteurs. Pour chaque segment, nous avons indiqué quelques exemples d’entreprises (sélection arbitraire et illustrative uniquement). Notez cependant que beaucoup d’entreprises en devenir dans ces secteurs ne sont pas encore cotées en bourse. C’est le terrain de jeu favori des entreprises de venture capital.

Bien entendu, ce ne sont que quelques exemples et une foule d’alternatives existent. Les domaines liés à l’intelligence artificielle et la réalité augmentée sont également en pleine expansion. Chaque trader devra effectuer ses propres recherches pour sélectionner ses investissements au sein de ses catégories de prédilection.

Les traders à risque utilisent couramment des effets de levier élevés. En marge des actions de croissance, une autre possibilité revient à prendre des positions longues ou courtes sur des actions cycliques en fonction des événements géopolitiques.

À côté des actions, les investisseurs prêts à prendre des risques peuvent également se tourner vers d’autres marchés. Les cryptomonnaies comme le Bitcoin ou l’Ethereum offrent de magnifiques opportunités. Néanmoins, leur caractère hautement volatil présente un niveau de risque important.

Quelques exemples d’actions pour les traders averses au risque

Les traders averses au risque préféreront se concentrer sur des marchés plus matures avec des entreprises bien établies. On pense à des noms comme Coca-Cola, Johnson & Johnson, Visa ou encore McDonald’s aux États-Unis. En France, Sanofi, L’Oréal, Total ou encore Air Liquide se présentent comme quelques exemples de valeurs solides.

Attention cependant au tournant technologique. Certains secteurs fondamentaux aujourd’hui pourraient s’avérer totalement obsolètes à l’avenir. Dans certains cas, les entreprises ratent tout simplement le coche. Ce fut le cas de Nokia, Kodak ou encore Compaq par exemple. Le risque n’est donc jamais totalement nul.

Néanmoins, la plupart des grandes entreprises tentent d’anticiper ces changements dans les meilleures conditions et de prendre les décisions qui s’imposent. La clé pour l’investisseur réside cependant dans la diversification. Un portefeuille équilibré se composera d’actions de secteurs différents présentant des niveaux de risques variés.

Conclusion

  • Une même entreprise peut émettre différentes classes d’actions avec leurs propres attributs.
  • Les actions de sociétés peuvent être réparties en quatre grandes catégories : actions de rendement, actions de croissance, actions cycliques et actions défensives.
  • Définir une stratégie de gestion du risque d’un portefeuille est indispensable. Un élément fondamental pour évaluer le risque d’une action est le coefficient bêta.
  • Il existe autant de stratégies que de traders. Chacun doit définir son point d’équilibre en fonction de ses besoins et de ses attentes.
  • La plateforme eToro met à disposition de nombreuses informations permettant de mieux évaluer le risque de son portefeuille. Pour les participants au programme CopyTrader, un indice de risque de 1 à 10 est attribué à chaque trader ce qui simplifie la tâche des investisseurs. Un Popular Investor par exemple ne peut pas avoir un score de risque supérieur à 6.

N’attendez plus pour découvrir notre plateforme et ses nombreuses fonctionnalités. Si vous ne souhaitez pas investir tout de suite, il est également possible de se familiariser avec eToro grâce à un compte démo.

Créez le portefeuille d’actions qui correspond à votre profil d’investisseur sur eToro


Cette information est destinée à des fins éducatives uniquement. Elle ne peut en aucun cas être qualifiée en tant que conseil d’investissement, offre ou invitation à acheter ou vendre des instruments financiers.

Ce contenu a été rédigé sans tenir compte des objectifs d’investissement particuliers ou de la situation financière personnelle de chacun. De plus, il ne peut être considéré comme conforme aux obligations légales et réglementaires visant à promouvoir la recherche privée ou indépendante. En outre, toute référence à des rendements ou performances passées d’un instrument financier, indice ou produit d’investissement quelconque ne constitue pas et ne peut sous aucun prétexte être assimilée à une indication concernant les résultats futurs.

eToro ne garantit aucunement l’exhaustivité ou l’exactitude du contenu de ce guide et ne peut être considéré comme responsable en la matière. Il est de votre responsabilité de comprendre les risques liés au trading et à la spéculation avant d’engager votre capital. Ne risquez jamais plus que ce que vous êtes disposé à perdre.