Antoine Fraysse Soulier
Par Antoine Fraysse Soulier
79 Vues

La réalité de la crise s’impose de nouveau.

La réalité de la crise s’est une nouvelle fois imposée aux investisseurs en stoppant hier le rebond enregistré à Wall Street lundi. Après avoir cru à un apaisement et gagné plus de 4% en séance, les statistiques de nouveaux décès du covid-19, notamment à New York ont ramené les indices américains à l’équilibre en clôture. 

Le nombre de cas de contamination recensés aux Etats-Unis approche le seuil des 400.000 avec plus de 12.700 nouvelles personnes atteintes et 1.800 morts supplémentaires signalés mardi dans le pays, un record sur une seule journée ! 

Donald Trump a néanmoins déclaré que les Etats-Unis pourraient s’approcher du sommet de la « courbe » de l’épidémie, réitérant son souhait de redémarrer bientôt l’activité économique américaine.

Par ailleurs, le sommet de l’Eurogroupe qui s’est tenu hier, et qui regroupe les ministres des Finances de la zone euro, n’est pas parvenu à s’entendre sur de nouvelles mesures de soutien à l’économie de l’Union européenne.

Points clés de la journée :

Marchés traditionnels : Le rebond s’estompe

Valeur du jour : Le secteur de la distribution alimentaire peut tirer son épingle du jeu pendant la crise.

Marchés traditionnels :

En nette hausse en début de séance, les Bourses européennes ont un temps réduit leurs gains avant d’accélérer de nouveau dans le sillage de Wall Street. 

A Paris, les valeurs les plus malmenées par le coronavirus ont prolongé leur rebond à l’image de Crédit Agricole (+8,2%), Safran (+8%), Accor (+7,7%) ou encore Peugeot (+7,2%)

Le FRA 40 a progressé de 2,12% à 4.418 points.

A Wall Street, le DJ 30  a perdu 0,12% et le NSDQ a abandonné 0,33%

Valeur du jour : Le secteur de la distribution alimentaire peut tirer son épingle du jeu pendant la crise.

Selon une étude de la société de gestion d’actifs Oddo BHF, le confinement pourrait avoir un impact positif sur plus de 20% des ventes des grands groupes de distributions alimentaires européens

Face à la crise sanitaire, le secteur de l’alimentation retrouve un statut défensif. Les Carrefour, Casino, Colruyt, sont des magasins jugés essentiels et donc ouverts malgré le confinement. 

Selon l’étude, il y a trois phases dans la crise sanitaire et trois impacts différents sur le chiffre d’affaires.  

D’abord, la phase de stockage, qui devrait avoir boosté le chiffre d’affaires de 20% en moyenne. 

Ensuite la phase du confinement, qui devrait augmenter les ventes de 2% car il va falloir rapatrier à son domicile la consommation alimentaire hors foyer. 

Là le e-commerce alimentaire devrait aussi augmenter durant la période de confinement, mais son poids « marginal » (9% de parts de marché estimés en France contre 7% en début de la crise), rend les magasins (supermarchés et proximité) indispensables. Les hypermarchés risquent de souffrir pendant le confinement. 

Enfin, il y a le retour à la normale qui devrait être très graduel et qui pourrait se terminer par un déstockage (impact -1%). 

https://www.etoro.com/discover/fr/markets/stocks

Merci pour votre fidélité.

N’hésitez pas à me suivre sur Twitter : https://twitter.com/TonyFraysse

eToro est une plateforme multi-actifs offrant à la fois des investissements en actions et en crypto-monnaies, ainsi que le trading d’actifs sous forme de CFD.

Veuillez noter que les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide de fonds en raison de leur effet de levier. 62 % des comptes d’investisseurs particuliers perdent des fonds lorsqu’ils tradent des CFD avec ce fournisseur. 

Les actifs de crypto-monnaies sont des produits d’investissement hautement volatils et non réglementés. L’UE n’offre aucune protection pour les investisseurs.

Ce contenu est destiné uniquement à des fins d’information et d’éducation et ne doit pas être considéré comme un conseil une recommandation d’investissement.

Vous ne perdrez jamais plus que ce que vous avez investi.

79 Vues