Antoine Fraysse Soulier
Par Antoine Fraysse Soulier
23 Vues

Le nouvel épicentre du Covid-19 sont les Etats-Unis.

Les investisseurs restent focalisés sur l’accélération de l’épidémie aux Etats-Unis et les conséquences sur son économie. 

Donald Trump a affirmé que les deux prochaines semaines seraient « très douloureuses », la Maison-Blanche anticipant entre 100.000 et 240.000 morts. 

La présidente de la Réserve fédérale de Cleveland a estimé que les indicateurs devraient être « très mauvais » dans les prochains mois et que le taux de chômage pourrait bondir au-dessus des 10% !

Points clés de la journée :

Marchés traditionnels : Les marchés bouclent le 1e trimestre de manière catastrophique

Valeur du jour : Le secteur aérien est confronté à la plus grave crise de son histoire

Marchés traditionnels :

Hier les marchés actions européens ont clôturé en petite hausse après un indicateur PMI manufacturier jugé encourageant en Chine, témoignant de sa reprise.  Le FRA 40 a prenant 0,4% à 4.396 points

Ceci étant, les Bourses européennes terminent un mois de mars cauchemardesque avec une chute de 17,6% pour le FRA 40

Wall Street a de son côté bouclé le pire premier trimestre de son histoire, conséquence de la crise sanitaire en cours et économique qui s’annonce, avec un recul de 23,2% pour le DJ 30  sur les trois premiers mois de l’année.

Le NSDQ 100 limite les dégâts avec une perte trimestrielle de 11,6%. 

Valeur du jour : Le secteur aérien est confronté à la plus grave crise de son histoire

« L’industrie du transport aérien est confrontée à la plus grave crise de son histoire », selon Alexandre de Juniac le président de IATA, l’association internationale de l’aviation. 

Les compagnies aériennes ont suspendu la quasi-totalité de leur vols, l’offre globale étant réduite de 80 à 90% selon les compagnies, tandis que 98% du trafic passager est arrêté. 

Les semaines passent et l’impact du Covid-19 s’amplifie. Selon IATA, la perte de recettes du secteur aérien n’est plus de 113 milliards d’euros selon la dernière estimation du 6 mars, mais de 252 milliards, chiffre qui a plus que doublé en 3 semaines ! 

Dans une telle situation, la question essentielle pour les compagnies aériennes est devenue celle de la trésorerie, car sans aide extérieure, beaucoup de compagnies pourraient se retrouver en faillite au mois de juin.

Selon Alexandre de Juniac,  « sans mesures d’aide gouvernementales immédiates, il n’y aura pas de secteur qui restera debout. Les compagnies aériennes ont besoin de 200 milliards de dollars de soutien en liquidités simplement pour s’en sortir ».

La première compagnie a succombé à la crise est la compagnie britannique Flyebe, déjà en grande difficulté, le Covid-19 l’achevée provoquant la première faillite du secteur. 

Alitalia et Norwegian demeurent également en grande délicatesse, c’est pourquoi, le gouvernement italien a annoncé son intention de nationaliser Alitalia, tandis que la banque norvégienne DNB vient de soutenir massivement Norwegian.

De son côté, Air France a rassuré sur le sujet de sa trésorerie, le groupe dispose de 5,5 milliards d’euros de liquidité, l’équivalent d’un peu moins de cinq moins en besoin de financement.  

Même si la question d’une nationalisation n’est pas à l’ordre du jour, l’Etat français qui possède 14,3% du capital, pourrait garantir des prêts ou des lignes de crédit.

En Bourse, les valeurs du secteur aérien ont été durement touchées, perdant entre 50 et 80%. L’inconnue de la durée de la pandémie ne permet toujours pas d’avoir de visibilité sur une date de retour du trafic aérien, il est par conséquent trop tôt pour revenir sur ce secteur, même si les cours actuels se trouvent à des niveaux attractifs. 

Graphiquement, les cours des principales compagnies aériennes ont plongé depuis le début de la crise.

Air France a perdu 55%, Lufthansa, 48% et  80% pour Norwegian 

https://www.etoro.com/fr/discover/markets/stocks

Crypto-monnaies :

Le rebond des crypto-monnaies s’est interrompu pendant la nuit et s’est poursuivi ce matin, les trois plus grandes cryptos enregistrant tous des baisses marginales.

Le bitcoin était en baisse de 2% à 6.300 $, tandis qu’Ethereum  était en baisse de 1,3% à 131 $ et le Ripple était en repli de 1,9% à 0,170 $. 

La baisse intervient après un rebond marqué qui a vu les trois devises bondir de 30% ou plus par rapport aux plus bas.

Le prochain « halving » du bitcoin devrait avoir lieu en mai, ceci étant un autre halving est prévu pour le Dash le 27 avril. Les récompenses des mineurs vont être réduites de 7% sur un an. 

https://www.etoro.com/fr/discover/markets/cryptocurrencies/coins

Merci pour votre fidélité.

N’hésitez pas à me suivre sur Twitter : https://twitter.com/TonyFraysse

eToro est une plateforme multi-actifs offrant à la fois des investissements en actions et en crypto-monnaies, ainsi que le trading d’actifs sous forme de CFD.

Veuillez noter que les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide de fonds en raison de leur effet de levier. 62 % des comptes d’investisseurs particuliers perdent des fonds lorsqu’ils tradent des CFD avec ce fournisseur. 

Les actifs de crypto-monnaies sont des produits d’investissement hautement volatils et non réglementés. L’UE n’offre aucune protection pour les investisseurs.

Ce contenu est destiné uniquement à des fins d’information et d’éducation et ne doit pas être considéré comme un conseil une recommandation d’investissement.

Vous ne perdrez jamais plus que ce que vous avez investi.

23 Vues