L’inflation : le parasite mangeur d’argent qu’on oublie

Commençons par la réalité complexe de l’investissement et de l’argent : ce dernier ne pousse pas sur les arbres et tout le monde veut sa part. Il existe des parties (ou des parasites) qui s’attaquent à votre argent durement gagné : certains courtiers facturent des frais insensés, les gestionnaires de fonds procèdent de la même manière ou le gouvernement perçoit des impôts. Cependant, il existe une « charge » que la plupart des gens oublient, parfois parce qu’elle est négligeable, mais la plupart du temps parce qu’elle ronge votre argent beaucoup plus subtilement. Vous voyez ce dont je veux parler ? Oui, c’est l’inflation tant redoutée.

Inflation 101

Imaginez que vous disposez de 100 000 dollars et que vous pouvez choisir soit de les investir dans une société publique avec un rendement de 10 % par an, soit d’acheter une maison avec trois chambres. En supposant que vous souhaitiez acheter la maison, mais aussi une voiture coûtant 10 000 dollars, votre meilleure décision sera d’investir dans la société publique pour gagner les 10 %.

Au bout d’un an, vous disposerez de 110 000 dollars, vous vous empresserez de vous rendre chez l’agent immobilier pour acheter la maison, pour découvrir que le prix actualisé est de 110 000 dollars, soit 10 % de plus. Vous pouvez alors vous demander : pourquoi est-ce plus cher si c’est toujours la même maison ? La réponse sera très probablement à cause de l’inflation (la hausse des prix des biens), qui dans notre cas correspondait également à 10 % par an.

Par conséquent, même si vous avez plus d’argent qu’un an auparavant, votre pouvoir d’achat est inchangé, c’est- à-dire que vos 110 000 $ d’aujourd’hui sont équivalents au pouvoir d’achat de l’année dernière à cause de l’inflation. C’est la raison pour laquelle l’inflation est un parasite silencieux – elle ne diminue pas vos rendements en vous privant littéralement d’argent, mais plutôt en rendant les produits que vous achèteriez plus chers, vous permettant ainsi d’acheter moins.

« L’inflation, c’est de la taxation sans législation ».

Milton Friedman

Aux États-Unis, dans la majeure partie de l’Europe et au Japon, le taux d’inflation a été de 0 à 3 % au cours des 30 dernières années, ce qui est donc tout à fait insignifiant et négligeable. Toutefois, il est important de noter que dans notre scénario, le rendement de 10 % des actions est assez modéré, mais un taux d’inflation de 10 % est relativement rare sur les marchés développés, même s’il n’est pas inexistant dans l’histoire.

Et si l’inflation était de 5 % ou plus ?

Nous pourrions alors rencontrer des problèmes considérables. Pourquoi ? Imaginez que vous gagnez 10 % par an, hors frais et taxes (c’est déjà beaucoup), mais que l’inflation est de, disons, 6 %. Votre rendement réel serait soudain de 1 + rendement divisé par 1 + taux d’inflation – 1, soit seulement 3,77 % (avant impôt !). C’est une différence énorme par rapport aux 10 % initiaux.

Dans ce scénario simple, vous pouvez voir ce qui reste de notre rendement nominal de 10 % après ajustement pour l’inflation. Nous pouvons voir que le rendement réel est une fonction négative de l’inflation ; en termes simples, plus l’inflation est élevée, plus notre rendement réel est mauvais.

Pouvons-nous assurer une couverture ?

En 1977, le magazine Fortune a publié un article fascinant : « How Inflation Swindles The Equity Investors, » écrit par le légendaire investisseur dans la valeur Warren Buffett. L’article a été publié au cours des années de forte inflation de 1973 à 1981, lorsque l’inflation était en moyenne de 10,4 % avec un pic à 13,3 %.

  1. Buffett commence en disant que c’était une sagesse conventionnelle, ou une règle empirique si vous voulez, que les actions étaient une couverture contre l’inflation. Cela signifie que pour éviter l’inflation, il suffirait d’investir dans des actions, car on pensait que les actions offriraient non seulement un rendement standard sans inflation, mais aussi un rendement supplémentaire égal au taux d’inflation, ce qui compenserait son effet.

Alors… Les actions compensent-elles vraiment l’inflation ?

Cette proposition n’est pas totalement déraisonnable si vous y réfléchissez : vous investissez dans une entreprise qui réalise des profits et leur rendement sur la valeur comptable est votre rendement. Si l’inflation augmentait, elle ferait également augmenter les prix des biens et services que l’entreprise vend, ce qui lui permettrait de réaliser plus de bénéfices (et de vous faire gagner plus en retour, en compensant l’inflation).

Il manque cependant à cette explication une pièce importante du puzzle. L’Inflation signifie généralement une augmentation de tous les prix : y compris les matériaux, la main d’œuvre, les coûts énergétiques, etc. Ainsi, même si les prix (et, par conséquent, les ventes) augmentaient, les coûts de l’entreprise augmenteraient également, réalisant plus ou moins les mêmes bénéfices nominaux et le même rendement sur la valeur comptable. Cependant, nous sommes maintenant dans un scénario d’inflation hypothétique, ce qui signifie que le même rendement nominal sur la valeur comptable serait inférieur en termes réels.

Cela peut-il être prouvé de manière empirique ? En fait, oui. Warren Buffett poursuit en indiquant qu’entre 1945 et 1975, le rendement moyen de la valeur comptable des entreprises du Fortune 500 se situait autour de 12 % avec de très faibles écarts. Au cours de cette période, les États-Unis ont connu divers taux d’inflation, même négatifs certaines années. Néanmoins, même avec la hausse des taux d’inflation, le retour sur la valeur comptable est resté quasiment constant, prouvant que les actions en général ne fournissent pas beaucoup de protection contre l’inflation.

Elle s’aggrave

On peut se demander pourquoi. L’inflation n’est pas une si mauvaise chose, ne vous méprenez pas. Mais tout comme le feu, c’est un grand serviteur et également un maître terrible. Si elle est contrôlée à environ 2 %, tout va bien et tout fonctionne comme sur des roulettes. Cependant, lorsque la situation commence à échapper à tout contrôle et que l’inflation atteint des niveaux de 5 % et plus, des problèmes se présentent. Les gouvernements essaient d’éviter cela, mais lorsque cela se produit, leur outil de prédilection consiste à augmenter les taux d’intérêt.

Cela a pour effet de ralentir l’économie en rendant l’argent et la dette plus chers, ce qui freine l’inflation. Cela a également pour effet de réduire la valeur du marché boursier. 

Pourquoi des taux plus élevés font baisser les cours des actions

Rappelez-vous quand nous avons dit que le rendement sur la valeur comptable est presque constant à 12 %. Ce que nous faisons en matière d’investissement, c’est escompter, c’est-à-dire comparer le rendement que nous pouvons dégager avec l’option sans risque et voir à quel point le rendement potentiel risqué est attrayant. Si le taux sans risque fixé par la banque centrale est de, disons, 2 %, les 12 % provenant des actions semblent beaucoup, même si c’est risqué (une des raisons pour lesquelles nous voyons les marchés monter en flèche actuellement, alors que les taux sans risque sont proches de 0.)

Mais que se passe-t-il si l’inflation augmente, à 8 % par exemple, et que le gouvernement doit augmenter rapidement le taux pour combattre l’inflation ? Dans un tel cas, les 12 % de rendement ne sont pas du tout attrayants. Cet effet se traduit ensuite par une baisse des prix, car de nombreux investisseurs commencent à vendre leurs actions et optent pour le taux sans risque. Si vous avez investi dans des actions, ces prix à la baisse (souvent une très forte baisse) signifient que vous commencez à perdre votre argent.

Éclatement des bulles

« Le prix est ce que vous payez, la valeur est ce que vous obtenez 

– Warren Buffett

Avec des transactions surévaluées, c’est encore pire. Warren Buffett expose une arithmétique simple pour illustrer le fait que plus une entreprise est surévaluée (à en juger par la valeur de marché), plus vos rendements sont mauvais. Citation extraite de son article :

« Lorsque les actions se vendent systématiquement à leur valeur comptable, c’est très simple. Si une action présente une valeur comptable de 100 $ et une valeur marchande moyenne de 100 $, 12 % de bénéfices produiront un rendement de 12 % pour l’investisseur (moins les coûts de friction, que nous ignorons pour le moment). Si le taux de distribution est de 50 %, notre investisseur recevra 6 $ sous forme de dividendes et 6 $ supplémentaires provenant de l’augmentation de la valeur comptable de l’entreprise, ce qui se reflétera bien sûr dans la valeur marchande de sa participation.

« Si l’action se vendait à 150 % de sa valeur comptable, la situation serait différente. L’investisseur recevrait le même dividende de 6 $ en espèces, mais il ne représenterait plus qu’un rendement de 4 % sur son coût de 150 $. La valeur comptable de l’entreprise augmenterait encore de 6 % (pour atteindre 106 $) et la valeur marchande des participations de l’investisseur, évaluée systématiquement à 150 % de la valeur comptable, augmenterait également de 6 % (pour atteindre 159 $). Mais le rendement total de l’investisseur, c’est-à-dire la plus-value plus les dividendes, ne serait que de 10 % contre les 12 % sous-jacents obtenus par l’entreprise ».

C’est simple : si une entreprise est surévaluée (ou si l’économie et la bourse sont dans une bulle), vous êtes moins bien loti et moins protégé (ce qui n’est pas surprenant, n’est-ce pas ?)

Une inflation élevée est-elle réelle ?

Je répondrais par une contre-question : et pourquoi pas ?

Nous sommes vraiment habitués à des périodes d’inflation proches de zéro. La plupart des investisseurs d’aujourd’hui n’ont même pas connu un environnement de forte inflation. Toutefois, une inflation à deux chiffres s’est produite à plusieurs reprises au cours de l’histoire, comme je l’ai écrit plus haut, même sur des marchés développés comme les États-Unis. Nous ne pouvons pas supposer que cela restera ainsi simplement parce que nous n’avons pas connu d’inflation élevée pendant longtemps.

De plus, nous avons toutes les raisons de voir l’inflation grimper en flèche dans les années à venir : principalement en raison de l’assouplissement quantitatif (AQ), qui consiste essentiellement à injecter de l’argent (à un taux jamais vu auparavant) dans l’économie et la pandémie de Covid-19 n’arrange rien, principalement parce que toutes les mesures de relance sociale et de soutien économique aux entreprises sont financées par, vous l’avez deviné, un plus grand tirage de monnaie.

On assiste à un grand débat à Wall Street sur l’éventualité d’une forte inflation, qui pourrait ou non se concrétiser. C’est un débat animé : il y a des économistes qui sont sûrs qu’elle sera de 10 %, il y a des économistes qui pensent qu’elle restera proche de zéro et puis il y a tous les autres.

Une chose est sûre : personne ne peut prédire l’inflation, pas Warren Buffet, pas les économistes, pas les oracles avec une boule de cristal et certainement pas moi. Mais cela n’a pas d’importance ; ce qui compte, c’est que cela s’est produit plusieurs fois dans l’histoire et que cela peut se reproduire.

Comment se préparer ?

  • Les actions offrent les rendements les plus élevés sur le plan historique, donc, investir dans les actions est un bon début. Nous avons vu qu’en moyenne, le rendement sur la valeur comptable est d’environ 12 %, mais nous pouvons essayer de choisir des entreprises dotées d’une plus grande capacité de gain, celles qui sont plus rentables et qui obtiennent des rendements plus élevés. C’est ce que nous faisons de toute façon en tant qu’investisseurs dans la valeur. Ensuite, nous achetons à des prix modérés et essayons d’acheter des entreprises sous-évaluées, ce que nous faisons de toute façon (encore une fois) en tant qu’investisseurs dans la valeur.
  • Des actifs alternatifs tels que l’or ou le Bitcoin font partie des couvertures intéressantes contre l’inflation. Lorsque la monnaie dite « fiduciaire » (les billets de banque traditionnels) perd son pouvoir d’achat, les gens ont tendance à se tourner vers des actifs plus « sûrs ». Cependant, l’or ou le Bitcoin ne semblent sûrs que dans la mesure où ils ne sont pas des actifs générateurs de liquidités et, en tant que tel, je préfère les éviter en tant qu’investisseur dans la valeur.
  • Enfin, nous avons la possibilité de conserver des espèces. Si vous décidez de garder l’argent liquide, vous pouvez envisager de le placer dans des « TIPS » (titres du Trésor protégés contre l’inflation), ce qui signifie que votre argent est investi dans des obligations d’État, mais qu’il n’est pas soumis au risque d’inflation. 

En résumé :

  • L’inflation diminue vos rendements en rendant tout plus cher, donc en vous permettant d’acheter moins (diminution de votre pouvoir d’achat/richesse).
  • Les actions n’offrent pas une bonne protection contre l’inflation : le rendement de la valeur comptable est plus ou moins constant autour de 12 % (depuis la période de 1945 à 1975, entreprises du Fortune 500).
  • Les entreprises surévaluées (par rapport au marché) vous rapportent moins.
  • En cas d’inflation, non seulement vos rendements réels sont plus faibles, mais la réaction du gouvernement consistant à augmenter les taux d’intérêt fait baisser les cours des actions (ce qui vous fait perdre encore plus d’argent).
  • Nous ne pouvons exclure la possibilité d’une inflation élevée à l’avenir.
  • Personne ne peut prédire l’inflation. Nous ne pouvons que spéculer et nous préparer.

Daniel Kotas (@LucaPaccioli) est un Popular Investor d’eToro originaire de Slovaquie. Il est titulaire d’un master en banque et finance de l’université de Zurich, où il fait également partie du programme de gestion de portefeuille. 

Votre capital est assujetti à un risque. Vous ne perdrez jamais plus que le montant investi sur chaque position. Ceci est une communication marketing qui ne doit pas être considérée comme contenant des conseils d’investissement, des recommandations personnelles, ou une offre ou une sollicitation pour l’achat ou la vente d’instruments financiers. Ce document a été préparé sans aucune considération à l’égard de quelconque objectif d’investissement ou situation financière du destinataire, et n’a pas été préparé conformément aux exigences légales et règlementaires visant à promouvoir une recherche indépendante. Toute référence aux performances passées ou futures d’un instrument financier, indice ou ensemble de produits d’investissement n’est pas, et ne devrait pas être considérée comme un indicateur fiable des résultats futurs. eToro n’accorde aucune garantie et n’assume aucune responsabilité concernant la précision ou l’exhaustivité de cette publication, qui a été préparée sur la base d’informations accessibles au public. 

27 Vues