Opportunités d’investissement offertes par la hausse des prix de l’énergie

Après s’être effondrés de manière spectaculaire l’année dernière au début de la pandémie de coronavirus, les prix du pétrole sont repartis à la hausse et ont atteint des niveaux records en 2021. Récemment, le prix du pétrole brut WTI a dépassé les 80 $ le baril, son plus haut niveau depuis 2014.

Les prix du pétrole peuvent-ils continuer à augmenter ? De nombreux analystes pensent que oui. À l’heure actuelle, il semble que nous soyons en proie à une crise énergétique mondiale. Voici un aperçu de ce qui se passe actuellement sur les marchés de l’énergie.

Pourquoi les prix du pétrole ont flambé

La hausse significative des prix du pétrole que nous avons récemment observée peut en définitive être attribuée à un déséquilibre massif entre l’offre et la demande.

L’année dernière, pendant la pandémie, la demande de pétrole a chuté. Une grande partie du monde a été confinée et le besoin pour la matière première a donc été moindre. Cependant, les avions étant maintenant de retour dans le ciel et les voitures sur la route, la demande de pétrole repart à la hausse. Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), la consommation mondiale de pétrole devrait augmenter de 5,5 millions de barils par jour cette année et de 3,3 millions de barils supplémentaires par jour l’année prochaine1. Il convient de noter que la demande de pétrole a été stimulée par la flambée des prix du gaz naturel, qui a fait du pétrole une alternative moins chère pour la production d’électricité. Par le passé, il était logique que le secteur de l’énergie utilise le gaz naturel plutôt que le pétrole parce que les prix du gaz étaient très bas. Aujourd’hui, c’est une autre histoire.

Le problème est toutefois que l’approvisionnement en pétrole est actuellement très limité. L’une des raisons en est que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses partenaires, qui ont réduit l’approvisionnement l’année dernière, ont tardé à augmenter la production cette année. L’OPEP+ a récemment indiqué qu’elle prévoyait d’augmenter progressivement sa production à court terme, de 400 000 barils par jour chaque mois2. Cela est loin d’être suffisant pour répondre à la demande.

Une deuxième raison est que des événements météorologiques défavorables ont perturbé le marché pétrolier. L’ouragan Ida aux États-Unis, par exemple, a initialement empêché la production de 1,7 million de barils par jour. Les analystes pensent que la perte totale d’approvisionnement en pétrole brut due à la tempête de catégorie 4 pourrait s’élever à 30 millions de barils3.

Un autre problème est que le nombre de plateformes pétrolières reste faible. En règle générale, le nombre de plateformes en action augmente à mesure que les prix du pétrole augmentent. Cependant, en examinant les dernières données de la société de services pétroliers Baker Hughes, nous pouvons constater que le nombre de plateformes pétrolières n’a pas augmenté au même rythme que les prix du pétrole récemment.

Pourquoi ? Eh bien, cela peut être lié au fait qu’au cours des 18 derniers mois, les grands producteurs de pétrole ont tourné leur attention vers les énergies renouvelables. Le changement climatique devenant une priorité majeure pour les gouvernements, les entreprises, les consommateurs et les investisseurs du monde entier, les géants du pétrole ont détourné leur attention des combustibles fossiles au profit de l’énergie verte et ont injecté des milliards de dollars dans des projets d’énergie propre.

En Europe, des entreprises comme BP, Total et Eni ont pris des engagements ambitieux de passer à l’énergie renouvelable dans le cadre d’initiatives gouvernementales telles que le Pacte vert pour l’Europe. Ces entreprises ne veulent plus être connues sous le nom de sociétés pétrolières. Au lieu de cela, elles veulent être appelées « entreprises énergétiques ». Dans le même temps, aux États-Unis, les géants pétroliers tels que Chevron et Exxon-Mobil investissent dans de nouvelles technologies telles que la « séquestration du carbone », qui vise à capter plus de 90 % des émissions de dioxyde de carbone (CO2) provenant des centrales électriques et des installations industrielles. Cela signifie qu’aucun investissement dans de nouvelles plateformes pétrolières et de forage n’a été réalisé.

Cette démarche est logique à long terme, car les énergies renouvelables semblent être la voie à suivre. Cependant, aujourd’hui, le monde continue d’exploiter l’énergie dérivée des combustibles fossiles. Le manque d’investissement dans cet espace a donc créé des problèmes d’approvisionnement sérieux.

Prévisions des prix du pétrole : le pétrole peut-il atteindre les 100 $ ?

À court terme, de nombreux experts s’attendent à ce que les prix du pétrole restent élevés, en particulier si l’hiver qui approche dans l’hémisphère nord est froid.

Les analystes de la banque d’investissement Goldman Sachs, par exemple, ont récemment mis à jour leurs prévisions des prix du pétrole brut Brent à 90 $ le baril d’ici la fin de l’année, en hausse par rapport à 80 $ le baril, invoquant une reprise plus rapide que prévue de la demande mondiale.4

Pendant ce temps, les analystes de JP Morgan ont récemment déclaré que le pétrole pourrait atteindre 150 à 200 $ le baril. « Nous pensons que l’évolution des prix du charbon pourrait refléter l’offre, la demande, le coût des capitaux et les problèmes de transition énergétique pour tous les combustibles fossiles, et il serait tout à fait possible que les prix du pétrole suivent le même schéma (inflation ajustée pour le pétrole, qui se situerait dans une fourchette de 150 à 200 $/baril) », a écrit une équipe d’analystes de JP Morgan dirigée par le stratège du marché de premier plan Marko Kolanovic.5

Il convient de souligner que les prix du pétrole sont notoirement difficiles à prédire car il existe de nombreux facteurs susceptibles de les impacter. Ces prévisions doivent donc être prises avec beaucoup de précaution.

Toutefois, si les prix du pétrole restent élevés, cela aura des implications pour les marchés financiers et les investisseurs. L’inflation, par exemple, est susceptible d’augmenter, affectant les bénéfices des entreprises. Il vaut donc la peine de réfléchir maintenant aux risques et aux opportunités.

Opportunités d’investissement dans le pétrole

Ceux qui sont optimistes sur le pétrole voudront peut-être envisager un certain nombre d’options potentielles :

  • Ouvrir une position directe sur le prix du pétrole lui-même via un contrat de différence (CFD). Un CFD est un instrument financier qui vous permet de capitaliser sur les mouvements de prix d’un actif sans le posséder réellement (c’est-à-dire un baril de pétrole).
  • Investir dans des sociétés productrices de pétrole. Voici quelques exemples : Exxon-Mobil, Royal Dutch Shell et Chevron. Les actions du pétrole ont tendance à augmenter lorsque les prix du pétrole grimpent en raison du fait que des cours du pétrole plus élevés stimulent leurs bénéfices. Cependant, avec les actions du secteur de l’énergie, il existe toujours un risque « spécifique aux actions ».
  • Investir dans un fonds négocié en bourse (ETF) axé sur les actions pétrolières tel que le SPDR S&P Oil & Gas Exploration & Production ETF. Cet ETF suit la performance des entreprises américaines opérant dans les secteurs de l’exploration et de la production pétrolières et gazières. Cette approche minimise les risques spécifiques aux actions.
  • Investir dans le CopyPortfolio OilWorldWide d’eToro. Il s’agit d’un portefeuille entièrement alloué contenant une exposition aux actions des principales sociétés mondiales impliquées dans l’extraction, l’exploration et la production de pétrole et les produits liés au pétrole, ainsi que des ETF axés sur les actions pétrolières et des contrats à terme sur le pétrole. Semblable à un ETF, il minimise le risque spécifique aux actions puisque le capital est réparti sur un large éventail de sociétés. En outre, il offre également une diversification plus large grâce à la combinaison des actions et d’une exposition directe aux actifs

Les énergies propres sont l’avenir

Alors que les prix du pétrole pourraient connaître une hausse à court terme, les investisseurs à long terme souhaiteront peut-être également réfléchir à investir dans les énergies renouvelables.

Aujourd’hui, nous assistons à une énorme évolution vers les énergies propres en raison des préoccupations concernant le changement climatique et la durabilité. D’ici 2030, l’énergie solaire, éolienne, hydraulique et d’autres sources durables devraient représenter environ la moitié de notre bouquet énergétique mondial6, contre seulement 11 % en 20197. Ce passage à l’énergie verte est susceptible de créer des opportunités lucratives pour les investisseurs.

Ceux qui souhaitent obtenir une exposition aux énergies propres pourront considérer le CopyPortfolio RenewableEnergy d’eToro, qui alloue des capitaux aux sociétés qui s’efforcent de développer des solutions énergétiques plus durables. Ce portefeuille fournit une exposition à un large éventail de sociétés d’énergie renouvelable de premier plan qui utilisent des sources d’énergie propres telles que l’énergie solaire, éolienne et hydrogène, ainsi qu’à des entreprises développant les technologies derrière les systèmes utilisés pour la production d’énergie renouvelable.

Sources

  1. https://www.reuters.com/business/energy/oil-rises-expectation-high-natural-gas-drive-switch-heating-2021-10-14/
  2. https://www.reuters.com/business/energy/opec-seen-sticking-november-output-plans-despite-80-oil-2021-09-29/
  3. https://www.worldoil.com/news/2021/9/14/extra-opec-oil-production-canceled-out-by-hurricane-ida-outages
  4. https://www.worldoil.com/news/2021/9/22/goldman-sachs-projects-90-oil-if-winter-is-colder-than-normal
  5. https://www.foxbusiness.com/markets/oil-prices-200-barrel-possible-stocks-jpmorgan
  6. https://about.bnef.com/new-energy-outlook/
  7. https://ourworldindata.org/renewable-energy

Les CopyPortfolios ne doivent pas être considérés comme des fonds négociés en bourse, ni comme des fonds spéculatifs.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide de fonds en raison de leur effet de levier. 68% des comptes d’investisseurs particuliers perdent des fonds lorsqu’ils tradent des CFD avec ce fournisseur. Vous devriez vous demander si vous comprenez bien comment les CFD fonctionnent et si vous pouvez vous permettre de prendre le risque important de perdre votre argent.

Les performances passées ne sont pas une indication des résultats futurs.

This communication is for information and educational purposes only and should not be taken as investment advice, a personal recommendation, or an offer of, or solicitation to, buy or sell any financial instruments. This material has been prepared without taking any particular recipient’s investment objectives or financial situation into account, and has not been prepared in accordance with the legal and regulatory requirements to promote independent research. Any references to past or future performance of a financial instrument, index or a packaged investment product are not, and should not be taken as, a reliable indicator of future results. eToro makes no representation and assumes no liability as to the accuracy or completeness of the content of this publication.

4457 Vues